Festival

20ème édition du Leu Tempo Festival

20 ans, le bel âge

Le désormais célèbre Leu Tempo Festival animera les rues de St Leu du 9 au 12 mai 2018, pour la 20ème année consécutive ! Vingt ans d’évolution et de changements, mais toujours avec les mêmes valeurs : le sens du partage, le goût du risque, la création artistique pour tous et partout. Au menu cette année, beaucoup de nouveau cirque, de grosses performances, de poésie. Coup d’œil et coups de cœur pour cette nouvelle édition.

Brut de pomme

  • Cirque | A Simple Space | Gravity & Other Myths | Stella | Saint Leu
  • MER 9 MAI : 18h, JEU 10 MAI : 11h et 16h, VEN 11 MAI : 14h, SAM 12 MAI : 11h et 16h

Sept acrobates australiens qui connaissent déjà un succès mondial : la compagnie Gravity & Other Myths a su inventer son style. S’éloignant des modèles classiques du cirque traditionnel, elle fusionne les arts pour offrir son « théâtre acrobatique et physique ».

Côté performance, on est servis. Ça voltige, ça valdingue, entre équilibres hallucinants et acrobaties à couper le souffle. Je vous mets au défi de ne pas pousser quelques « Wouaaaah », d’avoir « les poils », et de sourire, voire de rire. Les acrobates s’en vont chatouiller leurs limites physiques, en connivence avec les spectateurs et avec une générosité sans demi-mesure.

Il y a quelque chose de très corporel, sensoriel dans cette proposition. Les sept artistes se livrent sur scène avec pour seul fond sonore celui produit par leurs corps (percussions) et leurs propres respirations. Sans apparat, sans maquillage ni costume particulier, le spectacle se passe de tout « fardage » scénographique. Il se veut dépouillé et centré sur l’essentiel. De ce fait, le public est placé en immersion dans un ressenti « plus viscéral que cérébral », au plus près des artistes. « Il ressent la chaleur, voit la sueur, et entend chaque souffle ».

Sans artifice, se déploie « A Simple Space », spectacle brute de pomme, dont l’honnêteté se veut l’essence.


Comme dans les films

  • Cirque | Speak easy | The Rat Pack | La Ravine St Leu
  • MER 9, JEU 10, VEN 11 MAI | 20 h

Speakeasy, c’est le nom que l’on donnait aux bars clandestins aux États-Unis pendant la prohibition, dans les années 30. Les origines du mot font écho aux restrictions de l’époque car il était demandé aux clients de baisser la voix lorsqu’ils commandaient de l’alcool…

L’esprit du spectacle rejoint cette ambiance close, sombre, si particulière aux films de gangsters. The Rat Pack y déroulent un scénario de cinéma d’action, en détournant malicieusement les clichés et les références du film noir. « Ce cinéma et cette culture dite « mainstream » que nous partageons nous inspirent. Dans ce projet, nous avons choisi de la reprendre à notre compte, de l’interroger, de s’en amuser, avec nos outils d’artistes de cirque. » On y retrouve le chef de la mafia, sa femme, son homme de main, une pin up, un barman et un bandit, évoluant dans une atmosphère de plateau de tournage.

Mêlant toutes les disciplines, le spectacle est à découvrir comme un film à la Tarantino ou Scorcese, rythmé par une BO aux influences hip hop, composée par les Dj’s et sound designer de Chinese Man.

Transversalité des disciplines

Les points forts de la proposition, outre l’originalité et la richesse de l’univers choisi, résident d’abord dans l’excellence de la performance technique et dans la polyvalence des artistes. « Les six interprètes sont acrobates, danseurs, font de la roue cyr, du mât chinois et ont tous un niveau technique très élevé. Ils ont été choisis aussi pour leurs personnalités, leurs « gueules ». L’envie était également de réunir des artistes qui, certes, maîtrisent leur technique mais aussi et surtout avec une vraie capacité à explorer d’autres agrès. ».

Madeleines sonores

Ensuite, il y a la collaboration avec les Chinese Man. « Ces DJ français de trip hop ont l’immense talent d’aller puiser dans toutes les cultures musicales jusqu’aux génériques de séries, de dessins animés, de cinéma... Un grand mix qui fonctionne comme autant de petites madeleines, qu’ils revisitent avec leurs influences rap, funk, jazz et hip hop. Le défi a été pour eux d’intégrer de manière subtile, et parfois identifiables, des sons, des extraits de répliques issues du cinéma qui est le nôtre ».


Pour une bouchée de riz

  • Clown, musique | Zarararao | Cie Zolobé (Madagascar) | Village festival |Saint Leu
  • JEU 10, VEN 11, SAM 12 MAI | 14h30

Pour ses 20 ans, Leu Tempo Festival invite ses amis de la Compagnie Zolobé, organisateurs du Zegny’Zo à Antsiranana , un festival des Arts de la rue jumelé à celui de St Leu.

Sur scène, deux musiciens ouvrent l’histoire en chanson. Ils y a là trois clowns qui ont faim. Le premier prépare un simple mais magnifique plat de riz : ça a l’air délicieux. Le deuxième aimerait bien en avoir une petite part. Le troisième voudrait carrément voler le tout pour satisfaire son estomac affamé. Commence alors une course folle : c’est à qui finira par s’en délecter. « Sur un rythme déjanté et burlesque, sous l’œil complice des musiciens, chacun va jouer sa partition pour arriver à ses fins... et apaiser sa faim ! »

Je l’ai découvert il y a quelques années. Ce spectacle court (30 minutes) à la mise en scène sobre mais efficace, est une petite perle. Il relève le défi de résonner d’émotion et de faire rire les tout-petits (ma fille de 4 ans a complètement adhéré) comme les grands. Le choix du registre du « muet », sur un fond musical complètement malgache lui permet d’atteindre tous les publics, tant dans le sens que dans l’atmosphère et l’émotion. La lecture est à double niveau : on découvre d’une part l’histoire drôle et clownesque du trio, et d’une autre, une poétique mais mordante métaphore sociale. « Nous avons choisi le riz, aliment de base de la culture malgache, comme nourriture à partager. Autour d’un plat de riz, s’est construite une métaphore de nos désirs de possession, de pouvoir, de biens matériels. »

Les personnages, bien identifiables, illustrent des caractères dans lesquels chacun pourra se reconnaître à un moment ou à un autre. « La ruse, la pitié, la fourberie, la cruauté, le travestissement, la danse même seront leurs armes. »

La parabole est habile, tendre aussi. « Zarararao » veut dire « il faut partager » : voilà un spectacle pour tous, à voir, à rire, puis, pourquoi pas, à parler avec vos enfants.


Des jambes de bois

  • Acrobatie de rue | Afuma | les échassiers du Togo | La poste | Saint Leu
  • JEU 10, VEN 11, SAM 12 MAI | 16h30
  • Spectacle déambulatoire entre le Port et la Mairie |
  • JEU 10, VEN 11 MAI : 14h | SAM 12 MAI : 20h

La pratique des échasses togolaises est une tradition de la région d’Atakpamé, ville principale du peuple Ifè, dans la région des Plateaux du Sud du pays. Dans cette région pousse un bois particulier, à la fois souple et solide, qui permet de confectionner les échasses traditionnelles, qui peuvent aller jusqu’à cinq mètres de hauteur. Dans la langue Ifè, « Afuma » renvoie au nom de la fougère aérienne qui pousse sur ces arbres, qui reste accrochée à ce bois, sans jamais tomber à terre. Elle symbolise l’échassier, l’homme qui ne tombe pas, celui qui reste en l’air.

Au moment de la création de ce groupe en 2012, Blaizo (Arouka Kossivi), Lucra (Arouka Kodjo) et Orara (Ayéna Adébayo) ont décidé de lui donner ce nom. Ils tenaient à marquer ainsi leur volonté d’aller plus haut et plus loin avec les échasses. Le trio s’est depuis inscrit dans un vaste travail de perpétuation, de valorisation et de transmission de cet art ancestral, tout en le nourrissant de constants apports et innovations.

De l’art ancestral à l’innovation

Comme beaucoup de leurs pairs nés dans la région d’Atakpamé, ces trois artistes, montent depuis leur plus tendre enfance. Appartenant à des familles d’échassiers, ils ont été formés par les maîtres de la famille Ayena. En pays Ana-Ifè, faire des échasses accompagne les âges de la vie, comme une initiation. On commence tôt en grimpant mètre par mètre : 1 mètre, puis 2, et ainsi de suite jusqu’à 5 mètres. Le trio Afuma a décidé d’aller au-delà, poussant le vertige jusqu’à 6 mètres, sur les plus hautes échasses que l’on trouve actuellement de par le monde.

Accompagnés de leurs complices percussionnistes, les échassiers ont parcouru le Togo, le Niger, le Ghana, le Maroc, le Burkina Faso, la Côte d’Ivoire et la France pour faire découvrir leur culture. S’ils ont été formés selon les méthodes et techniques ancestrales, ils ont ensuite cherché à adapter leur savoir-faire aux différentes influences contemporaines rencontrées sur leur route. Tout en restant collé aux pratiques et rites ancestraux, le groupe a ainsi incorporé aux figures rituelles des éléments pris au cirque et à la danse acrobatique.

L’originalité du projet qui en découle, le sérieux du groupe dans le travail accompli et sa virtuosité époustouflante, lui ont valu d’être sollicité un peu partout dans le monde. Sa renommée est aujourd’hui internationale et il est appelé à participer à de prestigieuses collaborations.

Afuma n’en oublie pas pour autant sa volonté de transmettre son savoir-faire. Blaizo, Lucra et Orara travaillent en effet à former une relève artistique au sein de leur groupe. Ils réalisent aussi des formations pour les enfants et les jeunes, que ce soit au Togo ou en France.

Des artistes, des athlètes

Cet art est très exigeant sur le plan physique. Les échassiers Afuma s’entrainent 8 heures par jour. En activité, ils peuvent marcher 8 heures d’affilée sur leurs échasses, donner jusqu’à 4 heures de prestation et parcourir une distance de 15 kms sur ces longues « jambes » de 6 mètres de haut.

Véritables funambules, ils défient les lois de la gravité, se jouent des équilibres les plus déroutants, se relèvent, s’attrapent en vol, tournoient, réalisent des ponts aériens et bien d’autres acrobaties à vous donner des palpitations.

Au Tempo, ils se produiront sous deux formats : une version du spectacle sera donnée en un lieu fixe (la Poste), une autre version en itinérance à travers la ville. Pour la soirée de clôture, je vous conseille de ne pas rater leur intervention nocturne, mêlée à des performances de pyrotechnie. Le spectacle promet d’être saisissant.

Lalou


LA PROG DU LEU TEMPO 2018 (DU 9 AU 12 MAI) DETAILLEE JOUR PAR JOUR :

Voir toute la prog du 9 MAI

Voir toute la prog du 10 MAI

Voir toute la prog du 11 MAI

Voir toute la prog du 12 MAI