Actu

Allumer l’obscurantisme

Alerte ! Vigilance ! Chef d’oeuvre signalé au Téat Champ Fleuri ce samedi 16 ! Ismaël Saidi présente Djihad, une pièce désarmante qui mérite totalement d’avoir été déclarée (réellement) d’utilité publique.

L’auteur y réussi un pari osé : révéler et dénouer les ficelles dramatiques de l’embrigadement djihadiste grâce à un humour radical et une auto-dérision salvatrice. Une pièce lumineuse à voir absolument.

Parler de djihad par le biais de l’ironie pourrait être pour certain un contresens, voire un tabou ou une insulte. Pourtant, qui mieux qu’Ismaël Saidi ; ex-policier, diplômé de sciences sociales, musulman pratiquant assumé, belge francophone d’origine marocaine, passé proche de l’embrigadement lors de sa jeunesse, devenu aujourd’hui scénariste et dramaturge ; pour décrire finement la construction d’une radicalisation… et la démonter grâce à un humour dévastateur ?

En huit tableaux, on découvre les aventures tragi-comiques de trois paumés, qui ne jurent que par Allah même si aucun n’a lu le Coran. Embrigadés, ils décident de partir se battre en Syrie pour sauver leurs frères musulmans. De Bruxelles à Homs, en passant par Istanbul, le périple tourne rapidement au chaos.

Derrière l’insensé parcours de ces trois Pieds Nickelés armés de mitraillettes en bois, le réalisateur interpelle, questionne, sensibilise. Tout y passe : le racisme ordinaire, l’antisémitisme, les ghettos, les dogmes, la victimisation, etc. L’humour, loin d’être synonyme de superficialité, se révèle être une arme redoutable.

Et en employant les bons mots tout en gardant une profonde légèreté, Ismaël Saidi parvient à mettre en lumière les différentes facettes originelles de l’obscurantisme pour mieux nous révéler les aveuglements liés au communautarisme. Djihad est un sujet sombre traité brillamment. Immanquable donc.

Sand