Zoom

Aux rythmes Latinos

Curieux et amateurs de musiques, danses et cultures « Latino », voilà un festival qui vous comblera.

Atypique et porteur de sens, le Festilatino est un projet original qui mérite qu’on en parle.

C’est l’histoire d’un mec passionné de musiques, amoureux d’une culture, qu’il a voulu faire vivre et partager. Nicolas Greiner est éducateur, musicien et voyageur. Attiré par les sonorités et les rythmes latino, il s’est ntéressé voire immergé dans les cultures d’Amérique du Sud, notamment au Brésil où il a vécu quelque temps. Il vit à la Réunion depuis de nombreuses années et a joué de ses percussions dans diverses formations aux couleurs latines.

Le déclic

En 2014, Nicolas joue dans un groupe de musique brésilienne à l’occasion du Jazz O Barachois et fait un constat. « Il existe un tas de festivals de musique, de théâtre etc, mais aucun autour de la musique latino. Je me suis dit que si pour jouer avec des groupes de salsa, cumbia ou samba, je devais attendre que ça existe à la Réunion, je ne le ferais peut-être jamais ». Pas plus compliqué (pense-t-il alors) : il décide de l’organiser. « Un peu naïvement », ajoute-t-il, « je ne pensais pas qu’il y aurait autant de contraintes ». Mais cela n’arrête pas le passionné. Ti pas ti pas et à force de volonté, le Festilatino voit le jour en 2015.

Réjouissances

Après deux éditions à la Possession, c’est à St Leu que se dérouleront les festivités samedi, en partenariat avec le musée Stella Matutina. Dans l’après-midi, dans le « village Latino » seront proposées des démonstrations et ateliers d’initiation à la danse, capoera, moringue, et des réjouissances culinaires de différents pays. Notons la présence d’associations de prévention en addictologie, qui organiseront également des animations ludiques. A partir de 18h place sera faite à la musique, avec pas moins de 8 groupes locaux, là aussi sur divers styles musicaux d’Amérique latine.

Pour tout le monde

Ce jeune festival « Latino-Réunionnais » présente quelques spécificités qui me donnent envie d’en parler. C’est d’abord une occasion festive de découvrir la diversité de ces styles musicaux, et au-delà, de créer un pont, voire une fusion avec la culture Réunionnaise.

Ensuite, c’est une « fiesta sans alcool ». Ne partez pas en courant : pas de répression dans tout ça. Simplement, vous ne trouverez pas sur le site de point de vente ou de consommation d’alcool. C’est une idée qui tient au cœur de Nicolas. Après avoir travaillé des années en addictologie, auprès notamment de personnes alcooliques, il s’est aperçu que ceux qui essaient « d’arrêter » finissent par se couper de ce genre d’événements, pour éviter la tentation. C’est une forme d’isolement, d’exclusion : double peine… C’est dans une volonté de n’exclure personne que ce choix a donc été posé. Rien ne vous empêche cependant de vous faire l’apéro avant ou après. Après tout, la picole n’est pas une nécessité pour se lâcher, peut-être avons-nous tendance à l’oublier.

Enfin, le Festilatino offre à des musiciens locaux l’occasion de se produire sur scène, d’échanger, de se rencontrer, autour de cette culture musicale. Parmi eux, des pros, des semis pros, des amateurs. Tous à la même enseigne, tous à égalité. Certains d’entre eux fréquentent une institution spécialisée ? Portent un handicap ? Et alors ? Ce soir, ce sont des musiciens et ils ont toute leur place sur une scène parce qu’ils sont bons dans ce qu’ils font. Pas d’exclus. Question tarifs, c’est la même idée : ils sont envisageables pour tous, pourquoi pas en famille aussi.

En bref, le Festilatino n’est peut-être encore qu’un « petit » festival, mais c’est une aventure qui a su fédérer les énergies dans l’idée de briser les barrières. Il y a là un élan sincère et désintéressé, une démarche de partage motivée par la passion, et engagée. Le sens s’y trouve priorisé par rapport aux questions mercantiles. Pas besoin de ronds de phrases pour dire l’évidence. C’est une initiative chouette et différente, un truc qui n’existait pas jusque-là, et qui mérite d’être découvert.


Festilatino

  • SAM 09 JUIN 2018 |Stella Matutina | Saint Leu
  • Tarif : 5€ à 10€