Actu

Bluesman Déjanté vs Tendre Colosse

Bon alors c’est vendredi, on se ferait bien un bon concert dans l’ouest. Ça tombe bien !

Le Kabardock et le Téat Plein Air programment du beau linge : du genre qui vole au vent et ne se découvre pleinement qu’en live, brut et sans dentelle.
On choisit qui ?

LA BACKSTORY
Né à Winnipeg au Canada à la fin des années 60, biberonné à l’harmonica, Benjamin Darvill cultive la blue note depuis toujours. Installé au Royaume Uni, il s’essaye à la polyvalence musicale au sein du groupe Crash Test Dummies avant de se lancer en solo en 2000. Se succèdent sept albums autoproduits, qui ne sont que la partie émergée de l’iceberg : Son of Dave, c’est sur scène que ça explose, dixit le fanclub. En tout cas c’est ce que promet la très vintage pochette de son dernier opus. Fils d’expatriés, Timothée Régnier passe une partie de son enfance à New York avant de partir monter un groupe punk au Liban, d’où il finit par se faire expulser.

S’ensuit une période d’errance entre Berlin et la Bretagne maternelle, qui lui inspire un premier album encensé par la critique. La trentaine accomplie, Rover achève la promo de Let it glow, un deuxième album nominé aux Victoires de la Musique 2016.

Seul en studio, il s’accompagne sur scène d’une équipe taillée à sa démesure.

ONE-BLUESMAN BAND VS. SELF MADE MAN INSPIRÉ
On est toujours un peu curieux de découvrir comment un type tout seul sur scène s’y prend pour retourner une salle. Ceux qui l’ont vu en 2008 s’en souviennent encore. On a écouté son tube Aqualast, pour voir, et on se l’est repassé en boucle en reniflant. Le très seventies Let it glow, avec son long passage de basse, laisse présager un live aux arrangements gouleyants.
OLD SCHOOL VS SEVENTIES
Le concept de couvrir un siècle de musique en reprenant des titres de Slim Harpo à Daft Punk en passant par Technotronic nous semble d’une exquise audace. Pump up the jam revisité à l’harmonica et au beatbox ? On en frétille déjà. La voix de Rover va du battant des lames au sommet des montagnes. On y croise Bowie, Bashung, Lennon, Cobain, etc.. autant de fantômes infusant une douce nostalgie.
FUN VS EXIGENCE
On veut du léger, du festif, de la bonne humeur. Et les airs d’Al Capone goguenard du bonhomme nous en promettent une belle tranche. Une double nomination aux Victoires de la Musique pour un musicien autodidacte qui compose et joue toutes les pistes en studio nous semble un argument suffisant.
FRAICHEUR VS CIEL OUVERT
En cet été hostile, on n’a rien contre profiter de la fraîcheur du Kabardock Café. Un concert sous les étoiles, au Téat Plein Air, c’est un privilège péi dont on ne se lasse pas.

Karine Bod