Actu

Bobonne Amélie et bobo Manzi sont allés vendredi à Champ Fleuri

Un peu de dithyrambe pour le spectacle le plus drôle de l’année.

Cette semaine, Robert/Raymonde vous a vraiment tapé sur le système. Après plusieurs années de vie commune, vous ne savez plus très bien de quoi est faite votre relation : tendresse, habitude, exaspération mutuelle, admiration, ou franche haine ? Pour retrouver le goût d’en rire, allez voir ce soir la compagnie Les Chiens de Navarre dans "Les Armoires Normandes" au TEAT Champ Fleuri. C’est LA pièce qu’il ne faut pas manquer cette année, avec dans le désordre : un banquet de mariage qui tourne au cauchemar, un Christ en croix un brin sarcastique, du sexe frelaté, de l’amour déplacé, un chanteur à minets. Ah oui et des conversations avec l’au-delà... Il reste quelques places, vous n’avez donc aucune excuse. Je crois n’avoir JAMAIS autant ri.

Amélie

L’immense scène a été recouverte de sable noir et décorée d’un vrai cocotier. On se croirait sur la plage d’Étang Salé, à la différence que l’inévitable slackliner espagnol a été remplacé par un Christ andalou ensanglanté, commentant l’arrivée du public à trois mètres du sol, sur sa croix de bois. D’emblée, le décor est bien planté et la scénographie bien perchée, d’autant que ce Messie prêche sans interruption avec une gouaille hilarante dont le Cardinal Barbarin devrait s’inspirer. Si ce Dieu n’est qu’Amour, les pauvres ouailles que nous sommes - enfin surtout vous- ne peuvent pas en dire autant. Les tableaux suivants vont circonvoluer autour de cette thématique amoureuse en flirtant avec des pics collectifs de rire et des pouffements continus au ras des pâquerettes.

J’ai eu la tentation d’intellectualiser ce ressort comique et faire un typologie des rires entendus pendant la pièce mais je préfère égoïstement garder toute l’endorphine sécrétée par ce shoot de vannes. Je peux juste vous affirmer que si vous allez voir cet ovni théâtral ce soir, vous allez sûrement (je dis « sûrement » car ce spectacle est en grande partie improvisé) vous esclaffer devant : des dauphins dans un chiotte, deux créatures dansantes issues du croisement d’une étoile de mer et de Chewbacca, un médium empoté qui tente de pécho une fraîche veuve , un mariage orgiaque plus vrai que nature, un accouchement qui perd beaucoup d’eau, William Sheller chevelu et acariâtre, des ballons de baudruche qui pètent dans tous les sens, des post-synchros délirantes, des mimes lubriques, des slips sur la tête, du rugby avec un nouveau-né, des fesses poilues, des pubis velus, ...

Si vous ne rigolez pas au cours de cette pièce, l’Azenda vous rembourse la place ! Personnellement, c’est la première fois que j’ai eu besoin d’un massage de joue pour détendre ma paralysie zygomatique. Deux heures de rire, ça use.

Conseil du Manzi : Préférez les places tout devant pour admirer le jeu d’acteurs bien sûr.

Manzi