Bibliothèque

Sous les lunettes de Zerbinette

Canada

Ce roman est le récit d’un chemin de vie, celui de Dell, adolescent studieux et méthodique, forcé de fuir au Canada, pour échapper à la pesanteur de son histoire familiale.

C’est vrai cher lecteur, après la lecture de Décharges, j’avais envie de prendre le large. Séduite par la couverture autant que par le titre, je me suis précipitée. Et quand j’ai découvert en prime que Ford avait reçu le Pulitzer en 1996 pour Indépendance, j’ai cru que j’avais ferré mon gardon et me réjouissais déjà du festin. Eh bien partage ma déception ami lecteur, et contemple avec moi les fumées illusoires du désenchantement s’échapper du papier.

Le sujet est assez original pourtant. Que devient- on lorsqu’on a 15 ans et qu’on se retrouve du jour au lendemain livré à soi même avec sa sœur jumelle, parce que ses parents, deux êtres éduqués et respectables en apparence, ont décidé de commettre un hold up...

Certes bien écrit, généreux en description des espaces intérieurs, hostiles comme les lieux du roman, cet ouvrage manque à mon goût de rythme. Voix de la solitude et de la résignation, celle du narrateur, pleine de sagesse dans la tragédie parentale, demeure trop monocorde pour susciter notre avidité. On nous avait promis le mustang, et c’est le percheron qui nous promène au trot. Dommage.

Canada de Richard Ford, 476 p., éditions de l’Olivier.