Bibliothèque

Dérapage poétique

Où ta Zerbinette, faisant glisser sa lame entre les pages ivoirines de ce recueil contemporain, découvre deux à deux les poèmes bruts et sensuels de Laurent Segelstein, pour un dérapage tropical incandescent.

« C’est comme un petit outil précieux au fond de la caisse, je m’en sers toujours mais ne le montre pas », avoue l’auteur au sujet de ses carnets de poésie. C’est que l’homme, actuellement animateur de l’architecture et du patrimoine de la ville de Saint Denis, s’excuserait presque de cet écart artistique. On le remercie pourtant d’avoir cédé à la tentation d’éditer, tant son recueil séduit, dans le fond comme dans la forme.

Tropical dérapage immobile, c’est un ouvrage comme on n’en fait plus, composé de huit cahiers de seize pages, pliés et cousus.

Pour accéder à la texture poétique, il faut d’abord s’affranchir du barrage de la matière. Trancher le haut des pages et découvrir les binômes qui composent six parties dont les titres forment une phrase, abrupte et mystérieuse : VIVRE / DANS / L’AUTRE / AU LOIN / LES CHOSES / ET LE BESTIAIRE

Concrètement, les poèmes, plutôt modernes par leur structure, revisitent en vers libres bien des territoires insulaires. Qu’il s’agisse des paysages naturels de La Réunion « Tranche de montagne » , « Cocoteraie », ou de dérapages urbains, « Rue Pasteur », « Pollution nocturne » ; d’aphorismes érotiques « Coup de rein », ou de l’expression plus intime un état d’être ; Segelstein surprend par l’acuité surréaliste de sa plume.

Les onze dessins de l’auteur, qui complètent le travail d’écriture, réalisés au trait et au lavis, rappellent les digressions dessinées d’un Cocteau, ou encore d’un Marcel Duchamp, aux heures glorieuses du dépoussiérage artistique.

Publié aux Éditions Poisson Rouge grâce à l’aide de la Région Réunion, le livre de Segelstein est enfin, au-delà de toute esthétique, un appel à l’altérité constructive : « Fasse que ce glissant dérapage insulaire et tropical vous soit profitable dans la construction de la complémentarité, puisque la fusion est illusoire. » peut-on lire en préambule. Ou l’art et la manière de vivre ensemble en poésie.


Zerbinette


Laurent Segelstein, Tropical Dérapage Immobile, Poésies, Éditions Poisson Rouge, 123 p