Actu

Fanm dobout

20 ans après sa création, Yun Chane reprend la pièce qui a lancé sa carrière et marqué le renouveau de la danse réunionnaise dans les années 90.

Il y a les pages qu’on tourne, et celles qui restent pour toujours ouvertes, et vers lesquelles on ne cesse de revenir tout au long de la vie, avec lesquelles on grandit, tant ce qu’elles expriment continuent de nourrir, d’informer ou de troubler le présent. Pour Yun Chane, Couleurs de Femmes appartient à cette deuxième catégorie. Après une première reprise en 2005, la chorégraphe revient une nouvelle fois à la création qui a lancé sa carrière, et réinvente une pièce coléreuse dont les thèmes n’ont peut-être jamais été plus actuels.

Ce trio très physique, fait de gestes saccadés et de poussées irrégulières, suit en un long plan-séquence le parcours existentiel bouleversant de trois femmes aussi révoltées qu’impuissantes. Entre quête éperdue d’identité et plongée dans les affres d’une féminité malmenée, Couleurs de Femmes est l’une des expressions artistiques les plus marquantes des douleurs de la créolité réunionnaise. C’est aussi, dans sa forme, l’une des pièces les plus radicales et spectaculaires produites dans l’île, où Yun Chane reste une référence.

Sur le grand plateau du Fanal, un espace de travail aux dimensions uniques à La Réunion, la chorégraphe a pu donner une nouvelle amplitude à cette œuvre qui prend racine dans son enfance, et qui n’a jamais cessé de grandir en elle, comme un arbre continue d’étendre ses branches.