Actu

Hippolyte & acolytes

Hippolyte a grandi près de chez moi en Haute Savoie. Comme moi, il a dû dessiner ses premières bites sur des tables en bois à quelques kilomètres de mon collège bas-chablaisien. On s’est probablement croisés lors de concerts rock dans les squats genevois. Puis on s’est rencontré à la Réunion ...

Mais alors que je continue à griffonner des bites quand je suis déchiré, Hippolyte, lui, a dessiné une vingtaine de bédés, en a vendu des milliers, a voyagé à travers le monde avec ses reportages façon neuvième art et a collaboré avec plein d’artistes géniaux grâce à une maîtrise de l’aquarelle, de la carte à gratter ou encore de la photo. L’expo Rock&BD qu’il a initiée et la rétrospective qui lui est consacrée à la Cité des Arts sont de toute beauté et c’est les doigts dans le nez que je vais vous convaincre de les visiter.

L’uchronie, c’est quoi cette connerie ?

Ces affiches de concerts imaginaires ne sont pas de simples supports à des prouesses graphiques ou autres jeux de mots rigolos. Elles relient le dessin, l’image et la musique pour nous replonger dans le contexte onirique ou vindicatif d’une époque, aussi fantasmée soit-elle. Cette réécriture de l’Histoire à partir de la modification d’événements du passé a un nom : l’uchronie. Et c’est avec une délectation extrême qu’on navigue d’affiches en affiches en imaginant l’ambiance de tel ou tel concert : comment aurait réagit la bourgeoisie Hell-Bourgeoise face aux solos d’Angus Young pour le Highway To Hell-Bourg Tour d’ACDC ? Qu’auraient pensé les descendants de Mme Deybassins devant les déhanchements de Marylin Manson à la Maison Villèle ?

Et si c’était vrai aurait ajouté ce punk de Marc Lévy. Et si tu fermais ta gueule vieux puceau ? Ici, tout est bien réel, juste là devant vos yeux incrédules et le bonheur est total puisque vous pourrez vous offrir ces souvenirs mythiques ; les affiches étant en vente à des prix tout à fait raisonnables.

Hippolyte et ses acolytes prouvent que la Réunion a toujours été une terre musicale et que les dessinateurs locaux peuvent sublimer ces évènements d’hier et de demain. Si seulement les festivals actuels pouvaient puiser dans ce vivier de talents pour nous proposer des visuels à la hauteur de leur programmation…

Hippolyte, le poly talentueux

Ce travail collectif, Hippolyte le considère comme « une respiration » pour s’amuser et raconter le monde différemment car, ce qui l’occupe et le passionne le plus, ce sont les reportages bd qui l’envoient aux quatre coins de la planète pour rencontrer les gens et conter leurs histoires beaucoup moins drôles. Cette deuxième expo propose d’entrer dans l’intimité de ses carnets dessinés lors de reportages sur le terrain : au Sénégal, à Kinshasa, aux îles Chagos et bien sûr à la Réunion pour son travail autour des Batay Kok. Le spectateur entre ainsi dans le processus de l’auteur qui débute avec des notes, photos, dessins de ses carnets pour déboucher sur les planches originales, éditées le plus souvent dans la très recommandable revue XXI. Ce genre de bd reportage est en plein boom car, selon Hippolyte, la bédé est « le seul média où les textes et les images sont mêlés ; les interstices entre les cases proposent des ellipses permettant au lecteur d’imaginer ce qui s’est passé, les non-dits, les silences ».

L’originalité d’Hippolyte c’est qu’il adopte systématiquement un statut d’observateur candide auquel le lecteur peut s’identifier pour comprendre petit à petit les enjeux. Surtout, Hippolyte se démarque par la finesse de ses traits et sa maîtrise absolue de l’aquarelle – il faut absolument le voir peindre en live - qui transcendent ses personnages et leurs histoires poignantes.

Manzi

Rock & Bd #2 • Hippolyte Reporter
Jusqu’au 7 mai | St-Denis | La Cité des Arts - Banyan | Gratuit