Festival

Total Jazz 2017

Jazzer les couleurs !

Pour l’édition 2017, le Total Jazz continue à jouer les docteurs Frankenstein. À la différence du personnage de Shelley, ce sont des chairs bien vivantes de la pop et de la scène africaine qui se greffent à une colonne vertébrale jazzy. It’s (a)live !

Il faut visualiser les fleuves Niger et Orange couler au Mali et en Guinée Konacry pour le premier, en Afrique du Sud pour le second. Il faut les imaginer changer leurs cours pour charrier les talents non plus vers l’Atlantique mais sur une zone particulièrement reculée de l’océan Indien, un caillou d’une remarquable densité dont nous sommes familiers. Tiens, peut-être se jettent-ils directement dans le bassin Cormoran pour en ressortir trempés, certes, mais bouffis d’une volonté de partages culturels percussifs, cuivrés et vocaux. Face à tant de bonne volonté de leur part, la moindre des choses est de vous les présenter.


- Jeudi 6 avril | 19h30
Shabaka and the Ancestors + Zanmari Baré & Bann Gayar

Dans la continuité de la voix céleste d’un Zanmari Baré en mode Jazz Session, on continue l’ascension avec un griot cosmique. Le saxophoniste londonien Shabaka Hurtings puise dans les recettes ancestrales sudafricaines pour tracer les chemins afrofuturistes qu’il arpentait déjà dans l’inénarrable Sun Ra Arkestra. Son jazz spirituel évoque les entrelacs de Coltrane et Evin, un rien m’as-tu vu mais, quand c’est impeccablement réalisé, peut-on vraiment trouver à y redire ?




- Vendredi 7 avril | 19h30
Yaron herman Trio & Michel Portal
+ Lo Griyo 4 Tèt


S’il semble intrusif dans une programmation résolument tournée vers l’Afrique, on accueille volontiers Michel Portal dont chaque visite nous promet un voyage vers des horizons sans cesse renouvelés, modelés par des influences pop superbement malléables.

Ayant pour habitude de s’entourer de partners in sublime, il foulera le Téat Plein Air en compagnie du Yaron Herman Trio composé de celui qui rend la formation éponyme et s’est illustré dans un spectre collaboratif s’étendant de Yael Naïm à Valgeir Sigurðsson en passant par Mathieu Chedid. Avec ces deux géants de l’imprévisibilité, comptez sur la présence du bassiste Bastien Burger qui a sévi, entre autres, avec The Dø, et sur celle de Ziv Ravitz, qui caracole en tête des batteurs contemporains. Avec une telle dream team, si on ignore la forme qu’aura la destination, on a la certitude que le voyage nous fera atteindre les sommets.




- Samedi 8 avril | 19h30
Fabio Marouvin & the African connection


En concrétisant ses explorations africaines, Fabio Marouvin, l’incontournable pianiste de l’île embrasse un jazz généreux qui se mêle aux sonorités du premier continent avec le balafoniste Sory Diabaté. Leur union lors du précédent Opus Pocus résonne encore comme l’une des meilleures nouvelles musicales du jazz local. Soul, maloya, blues, afrobeat… L’African Jazz Connection est le pari d’un métissage musical remporté à chaque fois.

Les Amazones d’Afrique


Mamani Keita, Rokia Koné et Kandia Kouyaté sont de véritables légendes maliennes. Acclamées au sein du collectif des Amazones d’Afrique, les chanteuses et musiciennes portent un message d’équité entre hommes et femmes, prônent la fin des violences faites à ces dernières. Si République Amazone, leur album fraîchement sorti en mars, est un solide manifeste qui arbore la forme d’un afrobeat ferme façonné par une culture mandingue se colorant de blues et de funk, seule la scène permet véritablement de mesurer l’ampleur de leur puissance.




Total Jazz, c’est aussi le projet La la Jazz dans plusieurs écoles et quartiers de l’ouest (du 31/03 au 08/04). + d’infos ici

ADE