Coup de coeur

L’affiche qui aguiche

Bientôt une décade que tous les cinéphiles du Sud se traînent perplexes dans l’auberge rouge qu’est le Rex alors qu’on ne cesse de leur promettre leur multiplexe. La bataille juridique des deux exploitants cinématographiques (ICC et MauRéfilms) est proche du clap de fin avec le dépôt d’un permis de construire pour un complexe de dix salles sur la ZAC de Pierrefonds.

L’Azenda ne donnera de l’eau à aucun moulin dans cette guerre de requins et préfère mettre un coup de projecteur sur le Moulin à Café à la Ravine des Cabris où, du 15 au 19 novembre, est programmée la deuxième édition du festival de courts métrages.

Je vais pas vous mentir, j’ai terriblement envie de vous parler de la sublime affiche du festival, créée par Damien Clavé qui mêle à merveille le style pictural figuratif de l’art naïf et un traitement numérique chiadé pour proposer un onirisme proche de la célèbre collection des affiches vintage du PLM (le train Paris Lyon Méditerranée) de Roger Broders ou le travail de Monsieur Z. Comme quoi avec du talent et des idées, on peut obtenir une composition harmonieuse, maline – bien vu le bertel en forme de clap – et efficace sur le plan de la communication. La perspective, l’intensité des couleurs et la précision du dessin font que l’on s’identifie à l’événement, surtout si comme moi, vous habitez dans le secteur de la Ravine des Cabris (la RDC pour les puristes).

Le Douanier Rousseau se met à la PAO

Damien Clavé (voir ci dessous) utilise des images vectorielles pour sublimer l’imaginaire de la Réunion en combinant habilement la ruralité du coupeur de cannes et le tapis rouge du festival de Cannes. Son travail repose sur cette nostalgie d’une Réunion lontan mais il y intègre souvent des touches d’humour avec des personnages récurrents, un peu plus cartoonesques comme le gramoune, qui confère à ses affiches une tonalité proche de la bédé. Ça faisait longtemps que je n’avais pas eu un tel coup de cœur visuel pour une affiche d’une manifestation culturelle. Et apparemment, je ne suis pas le seul vu l’engouement des réactions sur les réseaux sociaux et l’organisation a eu le nez creux en proposant la vente de ses affiches pendant le festival.

J’espère que le public viendra en masse vérifier que ce jeune festival est à la hauteur de son affiche : le Moulin à Café - dernier cinéma de quartier de l’île – dispose d’équipements techniques très honorables et la programmation est une nouvelle fois alléchante : le festival propose 24 courts-métrages que vous pourrez visionner en cinq séances, réparties sur les cinq jours du festival. Chaque séance est l’occasion de découvrir un court métrage réunionnais et quatre courts métrages internationaux (les réalisateurs viennent du Pérou, d’Inde, de Belgique, de France, de Palestine ou de Madagascar) et récents (puisqu’ils sont tous sortis en 2016). À l’issue de chaque séance, vous êtes conviés à voter pour votre film préféré.

Au Moulin à café, le cinéma d’arts et d’essai vous l’aurez moulu et pointu puisque ce festival de courts-métrages succède au Festival International du Film Écran Jeunes et que cette salle programme un film indépendant chaque semaine à raison de deux séances journalières (18h et 20h). Qu’on se le dise, les vrais cinéphiles se donnent tous RDV à la RDC pour fêter le 7ème art.

Manzi


Sur la page Facebook Clavé Illustration (VOIR ICI), vous pourrez admirer et même commander les autres affiches qu’il a réalisées sur Tsilaosa, Saint Leu, Grande Anse ou Manapany, même si, à l’heure où j’écris ses louanges, certaines seront déjà épuisées. Soyez patients car celle d’Étang Salé et de la Fournaise sont en voie d’impression, le temps que notre illustrateur sur ordinateur mette en branle sa petite (st)art-up.

À noter que les Francofolies de la Réunion ont choisi de travailler avec cet illustrateur pour l’affiche de leur deuxième édition.


Programme détaillé du festival à retrouver ici