Bibliothèque

Sous les lunettes de Zerbinette

La poursuite du bonheur

Oui mon petit lecteur, je te connais, tu vas objecter que je les découvre bien tard les pépites de Doug, plus d’une décennie que le livre existe, j’ai beau jeu de m’extasier !

À ce tarif là, je vais bientôt remonter le temps jusqu’à L’Odyssée, et te parler d’Ulysse comme du "it boy" incontournable... Accepte donc mes excuses et l’étendue de mes impasses avant de poursuivre.

Curieusement, les premiers chapitres m’ont semblé fastidieux. Je n’étais pas emballée par cette Kate, mère célibataire que nous découvrons le jour de l’enterrement de sa mère. Jusqu’à ce que la mystérieuse Sara Smythe , une retraitée intrigante et distinguée tente de la joindre, à tout prix.

Prétendument amie du couple que formaient ses parents, elle aurait d’importantes révélations pour Kate. Excédée par ce qui devient du harcèlement, Kate se rend chez Sara qui lui remet un manuscrit. Le lecteur entre alors dans une nouvelle fenêtre temporelle : celle de l’autobiographie de Sara, qui débute juste après la seconde guerre mondiale. Le lien qui unit les deux femmes éclate alors brutalement : Sara a follement aimé Jack Malone, le père de Kate...

S’en suit un récit trépidant sur la naissance, la maturité et la destruction d’un amour inconditionnel, malmené par le destin et par l’histoire. En pleine chasse aux sorcières, l’Amérique conservatrice fait peser sa chape de plomb sur la jeunesse rebelle, bien décidée à exterminer avec une rare violence les esprits libres. La poursuite du bonheur c’est l’histoire d’un amour maudit, brisé par la grande marche de l’histoire, mais aussi une réflexion lucide et sans concession sur notre propre responsabilité, dans les choix que nous mettons en place pour être heureux. Si l’on ajoute à cela une trame haletante, des personnages remarquablement taillés et une construction brillante, on obtient comme je te le disais cher lecteur une pépite qui, pour être datée n’en est pas moins d’or.

La poursuite du bonheur de Douglas Kennedy, 774 p., éditions Pocket.