Bibliothèque

Sous les lunettes de Zerbinette

La première chose qu’on regarde

Toujours se méfier de la facilité de l’écriture. C’est le syndrome Nothomb. Les dangers d’un succès trop rapide peut être.

Et bien c’est minable mon cher lecteur, je ne vais pas faire durer le suspens plus longtemps. Comment Zerbinette ? Ne disposes-tu pas dans ta cornette de critique à lunettes de qualificatifs autrement alléchants ? D’une verve plus soutenue ? D’un verbiage plus conséquent ? Et bien non lecteur. Désolée de te renvoyer à cet implacable verdict, je persiste et je signe : minable.

Ah ! Grégoire, j’avais tant aimé pourtant La liste de mes envies !!! Mais là, trop, c’est trop. Ton histoire de garagiste qui se trouve nez à nez un beau matin avec Scarlett Johansson, venue chercher trois jours d’anonymat pour échapper à la pression médiatique, ça rappelle dangereusement un grand navet cinématographique : Coup de foudre à Notting Hill. Et quand en plus, Deus ex machina, on apprend qu’en fait, la demoiselle en question n’est pas la star mais Jeanine Foucamprez, je t’épargne mes commentaires sur les clichés de l’onomastique, une pauvre fille violée par son beau père enfermée à vie, oh ! cruelle destinée, dans un rôle de sosie d’une bombe interplanétaire, on commence à sérieusement bailler.

S’ensuivent moult émoluments sur l’altérité : Jeanine veut être aimée pour elle, Arthur saura-t-il oublier Scarlett pendant le coït ? Comme tu le vois, c’est du lourd... Je te fais gagner du temps : la réponse est non : dans le feu de l’action, c’est bien Scarlet qu’Arthur besogne à grands coups de reins. Du coup, Jeanine désespérée se suicide contre un platane. Si si. Pas très écolo la Jeanine. Bref. Et moi je me dis que Grégoire, au lieu de se perdre en remerciements à la fin de son ouvrage comme si il venait d’écrire le livre du siècle, ferait mieux de se fier à l’avis de ses lecteurs et de revenir à plus de d’authenticité. La première chose qu’on regarde, chez un talent naissant.

La première chose qu’on regarde de Grégoire Delacourt, 393 p., éditions JC Lattès.