Actu

La Balle rouge | 4 octobre | Le Séchoir

La soirée mousse à ne pas rater

Hélas, deux fois hélas, il n’y aura pas de festival TAM-TAM cette année à Lespas. Nous nous consolerons en allant au Séchoir pour assister à La Balle Rouge, une merveille de théâtre d’objets qui réjouira les gamins carmin, les mamans flamboyant, les papas nacarat, les mamies rubis et les pépés couperosés.

Il y a quelques années, peut-être aviez-vous eu la chance de manipuler tant bien que mal votre chenille de mousse jaune sur le Manipuloparc Péi du théâtre des Alberts. Vous serez donc en mesure d’apprécier la prouesse réalisée par les deux marionnettistes, Denis Garénaux et Franck Jublot dans l’animation de cette famille de polyuréthane.

Ces deux mains de fée sont bien dissimulées dans le noir et, quand vous verrez ce ballet d’une grâce inouïe, vous vous direz forcément : Mais comment ils font ? La précision dans l’enchaînement des mouvements est fascinante, notamment lors des passages au ralenti qui rappellent les meilleurs slow-motions de Pixar sauf que ceux-là sont bien réels et non assistés par ordinateur. Voilà pour le côté bluffant de la technique.

Mais pour viser l’excellence dans le théâtre d’objets, il faut également une histoire captivante : nos acteurs magistraux sont deux frites bleu et jaune qui se rencontrent, qui s’aiment, qui ont un rejeton - une sorte d’anneau proto-bipède (vert forcément) – et qui se séparent, abandonnant leur bambin émoussé dans une quête initiatique.

Désolé pour le spoiler mais ce qui importe ce sont les émotions fortes que nous procurent ces petits bonhommes en mousse, beaucoup plus profondes et sincères que les mièvreries d’un Patrick Sébastien qui glousse.

Un label militant pour La Balle rouge

La balle rouge est une métaphore de l’amour des parents. Quand celui-ci devient bancal, notre petit gaillard cherche un équilibre précaire sur cette sphère, désormais en lévitation entre les parents. Cette boule sera le fil rouge du parcours de cet être en devenir : de l’enfance à l’adolescence jusqu’à l’âge adulte, la balle croît pour atteindre différentes tailles. Finalement, tout l’amour engrangé gonflera notre balle rouge dans des proportions insensées que seul un final festif partagé avec le public pourra contenter.

Ce langage universel de l’image, utilisant à la perfection de multiples astuces visuelles, véhicule de nobles valeurs pour les enfants et propose de subtils tableaux sensoriels pour les plus grands. L’accompagnement musical de Jacques Trupin à l’accordéon (seul humain visible sur scène) sublime les sensations en facilitant le ressenti des personnages. N’oublions pas que cette création a été sélectionnée par les Jeunesses Musicales de France qui oeuvrent pour l’accès à la musique de tous les enfants et jeunes, prioritairement issus de zones reculées ou défavorisées (voir ci dessous).

Pour ceux qui ne sont pas convaincus, sachez que La Balle Rouge vient de recevoir deux prix (sur les cinq décernés) lors des Young Audience Music Awards, le 4 septembre à Porto : Production of The Year et Best Small Ensemble ! 12 propositions avaient été sélectionnées parmi 60 spectacles de 20 pays différents. Quand je vous dis que c’est de la balle, bébé !

Manzi


UN BEAU LABEL

Les JM France – Jeunesses Musicales de France – sont nées de l’intuition d’un homme, René Nicoly qui, il y a soixante-dix ans, fait le pari que rien n’est plus important que de faire partager la musique au plus grand nombre. Il invente le concert pour tous et développe, dans toute la France, l’accueil au spectacle des lycéens, des étudiants, puis des enfants. Une grande tradition de découvertes musicales fortes et conviviales, poursuivie jusqu’à ce jour : chaque année, 500 000 enfants et jeunes ont accès à des performances musicales de qualité grâce aux JM France.

Désormais, Yann Vallé s’occupe de l’antenne réunionnaise qui fait venir des compagnies métropolitaines pour des représentations scolaires et publiques mais qui peut piocher dans les propositions locales pour les faire tourner dans le réseau des JM France. Ce sera le cas prochainement avec la Cie Mamiso pour son spectacle Madame Gascar.