Zoom

Fanfare pour homme seul, cirque d’infortune, usine à blagues

Le goût du risque

« Patinoire », c’est le spectacle à ne pas manquer de cette 9ème édition du Toto Total, un festival jeune public pluridisciplinaire. De cascades en équilibres improbables, le circassien Patrick Léonard nous fait vivre ses mésaventures existentielles sur le mode clownesque Entre le cirque et le théâtre, entre la danse et la musique, « Patinoire » joue dans les sables mouvants de la fragilité et du joyeux désespoir qui nous habite.

Patinoire est un one-man show qui mêle cirque pur, danse, théâtre (et un tas d’objets divers dignes d’une brocante...). On y retrouve également la musique, très présente, aussi importante qu’un second personnage.

Celui qui s’affaire au milieu de ce fatras va vite se trouver empêtré dans des situations rocambolesques et périlleuses. L’homme va « patiner », donc, pour arriver à ses fins. Il tombe, il glisse, il prend des risques.

Armé d’un vieux gramophone, d’enceintes, de disques et de bouteilles de champagne, il enchaîne les gags avec ce qu’il faut d’élégance et d’inconscience. « Comment j’arrive à m’en sortir sans me péter la margoulette », c’est ce que Patrick Léonard, membre de l’excellente Compagnie des 7 Doigts de la Main, créateur et performeur du spectacle, nous propose de découvrir.

« Un soupçon de désespoir et de vulnérabilité »

Ce « patinage » présente aussi une dimension existentielle, en présentant un parallèle avec le besoin de l’être humain d’être reconnu. Aimer et être aimé... Jusqu’où sommes-nous prêts à aller ? Tel est le questionnement qui sous-tend cette création.

Pour l’histoire, cette tragicomédie a pris forme pendant la convalescence de l’artiste, suite à un accident. « Je suis quelqu’un de très énergique, toujours en mouvement, qui aime plaire au public. Là j’ai dû tout arrêter. Je me suis questionné sur mon désir de performer, sur le besoin de reconnaissance et aussi sur la solitude de l’artiste ». Ce sont ces thèmes qui lui ont permis de créer son personnage, qui est à la fois clown et acrobate.

« C’est un personnage très quotidien, très près de ma personne, en fait... mais en allant y chercher les extrêmes, le côté parfois plus pathétique ». Quand l’homme, avec ses blessures et ses doutes, met à nu et transcende humblement ce qu’il est, pour toucher à la chose universelle...

C’est peut-être un peu ça le clown. Un art subtil de performance, de drôlerie, de poésie, de candeur, d’humanité, avec «  un soupçon de désespoir et de vulnérabilité ».

Lalou


  • Théâtre | Patinoire
  • Samedi 10 mars 14h | St Denis | Téat Champ Fleuri | 6€
  • Mardi 13 mars 18h | St Denis | Téat Champ Fleuri | 6€
  • Mercredi 14 mars 18h | St Denis | Téat Champ Fleuri | 6€
  • Vendredi 16 mars 20h | Piton St Leu | Stella Matutina | 9-19€
  • Dimanche 18 mars 14h | Tampon | Luc Donat | 7€


Expos, animations, ateliers... le programme complet du festival est à retrouver sur www.teat.re ou www.azenda.re
téat Champ fleuri 10 mars
14h - Cirque - Patinoire
16h - Cinéma - L’étrange forêt de Bert et Joséphine
18h - Danse - La belle au bois dormant

11 mars
14h - Théâtre Concert - Bilimbi et Girimbelle (Pat’Jaune)
16h - Parkour Danse - The sweet way (New Gravity)
18h - Cirque - Patinoire

12 mars
14h - Parkour Danse - The sweet way
16h - Théâtre Concert - Bilimbi et Girimbelle (Pat’Jaune)
18h - Cirque - Patinoire

La Belle au bois dormant de la Cie Fêtes Galantes de Béatrice Massin sera joué aussi le 14 mars à Luc Donat, les 16 et 17 mars à Lespas.