Bibliothèque

Sous les lunettes de Zerbinette

Le poteau rose

Gloire aux salopes au plus haut des cieux.

Je t’explique le topo. Mon chef me pose sur le zinc un opuscule retourné. "Tiens Zerbinette, pour ta prochaine chronique. Un bouquin qui explique en gros ce que c’est que d’être une salope. Je l’ai pas lu." Et le voilà qui fuit, le gueux, et me laisse presque évanouie à l’idée de devoir me farcir un mommy porn, pour la simple et unique raison que l’ouvrage est édité par une maison réunionnaise, Le Corridor Bleu.

Courageuse, je retourne l’objet : surprise. Sur la première de couverture, une nudité écartelée qui n’est pas sans rappeler la puissance d’un Rodin. Chair à nu et tension palpable, saillie de muscles dans la brutalité d’un spasme douloureux. La vision attise ma curiosité : je commence.

Stupeur et commotion. Choc et fascination. Je découvre tremblante les poèmes d’Evelyne, religieuse picarde des années 80, qui préféra quitter ses sœurs par peur de les salir, et vivre recluse, enfin libre de cracher la noirceur de ses pulsions. Se livrant sans concession dans toute l’animalité de sa femelle condition, l’auteur, qui s’autoproclame salope et flagelle ses appétits d’une plume aussi cruelle que lumineuse offre des pages sublimes et monstrueuses, où les effluves mystiques se noient dans celles de la pornographie.

Des poèmes aux conversations, en passant par les lettres et extraits de son journal, le féminin démantibulé s’offre au lecteur, magistral et terrifiant. C’est aussi saisissant que la première lecture de Sade, c’est dire.

Je te conjure donc cher petit lecteur d’abandonner ta pudeur aux religieuses mains de l’auteur, afin de découvrir par toi même le pot aux roses, et alors seulement, tu frayeras avec l’impensable...

Le poteau rose d’Évelyne "Salope" Nourtier, Louisa "Ste" Storm, 224 p., éditions Le Corridor Bleu.