Bibliothèque

Sous les lunettes de Zerbinette

Les dix enfants que madame Ming n’a jamais eus

Cher lecteur, oui, je dois te l’avouer, alors que je devais m’arrimer à Naissance de Yann Moix et dépasser le cap des 700 pages dans la nuit, afin de te livrer le bébé pour Noël, j’ai préféré poser le pavé (p.653, honte à moix) pour aller cueillir les marguerites Schmittiennes...

Quel souffle d’air frais ! Écoute plutôt : le narrateur, homme d’affaire français en voyage en Chine pour commercer avec les usines de jouets, a une étrange manie : pour distraire et exaspérer ses partenaires au cœur d’une transaction brûlante, il se rend impromptu aux toilettes, répétant l’opération jusqu’à ce que le contrat soit signé en sa faveur. Or, la dame pipi du cinq étoiles ne tarde pas à se prendre d’amitié pour le gentil français, jusqu’à lui faire une étonnante révélation : elle aurait eu dix enfants... Difficile à croire au pays de l’enfant unique... Subjugué par les talents de conteuse de la truculente bonne femme, le narrateur décide de mener son enquête...

C’est reposant et agréable à lire, parfait pour une sale d’attente et plein de sagesse. Et, pour que la boucle soit bouclée, en lien avec la filiation. Allez hop ! Retour à Naissance.

Les dix enfants que madame Ming n’a jamais eus d’Eric-Emmanuel Schmitt, 126 p., éditions Albin Michel.