Local

Lindigo

Ils sont 8 musiciens soudés par un maloya des racines : Olivier Araste, Valéry Servan, Frédéric Madia, Pascal Mariama-Moutin, Jean-Guillaume Imare, Aldo Araste, Hadji Manssour Odilon Ali et Lauriane Marceline. Lindigo s’est taillé dans l’île une sérieuse réputation de "bombe scénique". Misoatra Lindigo !

Lindigo est né en 1999 autour d’un chanteur charismatique, Olivier Araste. Ce groupe de Bras Panon n’a de cesse de jouer son “AfrikindMada”, un maloya des racines qui fait la part belle aux influences malgaches. Une musique festive et mélangée qui rend un vibrant hommage aux ancêtres, à l’origine du peuplement de La Réunion.  


Lorsque Lindigo se produit sur une scène, il est difficile de résister au tempo (des morceaux et de l’enchaînement des morceaux !) et de rester sur place. Lindigo frappe très fort en concert et nombre de Réunionnais ont déjà eu l’occasion d’en admirer les raisons : des morceaux bien rôdés, une technique individuelle imparable, des breaks rythmiques millimétrés, le tout servi par des choeurs puissants et un répertoire de compositions originales. La fête sur scène est permanente !  


On est rapidement emporté et submergé par cette folle énergie, que dégage une musique à la fois familière et lointaine. Familière car gorgée de maloya et de rythmes très présents à la Réunion. Lointaine car également empreinte d’ailleurs et de traditions croisées. On peut lire sur chaque visage le plaisir et la fierté de perpétuer une tradition musicale et culturelle ancestrale.  


Lindigo met beaucoup de coeur à chanter, en créole réunionnais et en malgache, l’héritage reçu, constitutif de l’Histoire de l’Océan Indien, depuis la Grande Ile jusqu’à la nôtre, plus petite. Des histoires de migrations et d’ancrages, de luttes et de réunions, de cohabitations humaines...et, inévitablement, musicales ! Les membres du groupe ont des origines mélangées, à la fois africaines, malgaches, comoriennes et tamoules, dont ils tirent leur force et une part de leur inspiration.   


Leur tenue de scène participe elle aussi à cette identité fièrement affichée. Toutes et tous portent le Lamba, costume traditionnel malgache constitué d’une ou plusieurs pièces de coton ou de soie, et laissant le torse nu aux hommes. Jaojoby, véritable prophète en son pays salegy, porte lui aussi sur scène le Lamba.  


Les instruments utilisés par Lindigo racontent à leur tour des histoires de traditions mélangées, matériaux de récupération et bricolages astucieux, harmonieusement mis en valeur par la grâce des musiciens. Bel exemple de ce recyclage artistique, le Bob ou Arc musical, fabriqué avec une branche, une calebasse et un fil de pêche ou un câble. On trouve également au rayon instruments le kabos (la petite guitare qui ressemble à un ukulélé), le charleston (échappé d’une batterie), l’accordéon diatonique malgache (celui qui est très présent dans le salegy), le tumba (petit roulèr), l’harmonica (instrument fréquent à Madagascar car petit et pas trop cher), ainsi que des instruments bien connus ici, le kayamb, le roulèr et le piker (celui-la est si long que l’on peut y jouer à deux).  


Lindigo fait l’effet d’un groupe soudé, animé d’une complicité de tous les instants. Un état d’esprit détendu et festif que l’on retrouve dans les fréquents échanges au micro, série de blagues et de fanfaronnades qui emportent immanquablement les rires du public. A cela s’ajoute le goût certain des musiciens pour la danse, qui rend encore plus parlante l’invitation à la fête. Véritable forçat de la scène, le groupe assure en moyenne 300 concerts et Services Malgaches par an, à raison de 3 ou 4 représentations par week-end. Vous devriez donc croiser leur route.



Le premier album de Lindigo, "Misoatra Mama" (Merci Maman), est sorti en 2004 et a connu un tel succès à La Réunion que le stock de disques a été rapidement épuisé.


Second album sorti en 2006 et disponible chez tous les bons disquaires, "Zanatany" (Les Enfants de la Terre) n’est pas en reste puisqu’environ 4000 exemplaires ont déjà été vendus.

Olivier Araste définit la musique de Lindigo comme une expression de "Lafrikindmada" (pour "Afrique, Inde, Madagascar"), terme qui sert également de titre au troisième album du groupe sorti en 2008.
  

Lindigo était le surnom d’Olivier quand il était enfant. En nommant ainsi le groupe, il rend hommage à l’auteur du poème "Bal Indigo", Jean Albany, le grand poète et peintre réunionnais qui a servi le verbe insulaire en toute simplicité pendant la seconde moitié du XXè siècle, évoquant ses thèmes les plus chers : souvenirs amoureux, nature luxuriante aux parfums envoûtants, esprit de famille...
Parmi les oeuvres de Jean Albany : “Miel vert”, "Outre-mer", Le Petit Glossaire, "Bleu mascarin", "Piments des mots créoles", "Indiennes", "Fare fare" , "Vavangue"…  

www.myspace.com/lindigo

Jérôme Horat - août 2007