Zoom

Machine Afrique

En novembre 1986 se rencontrent deux chefs d’Etat. D’un côté, François Mitterand, de l’autre le jeune Thomas Sankara, président du Burkina Faso. Une entrevue de dirigeants comme tant d’autres ? Non...

Si on en parle encore aujourd’hui, c’est que cette discussion a tourné à une véritable joute verbale, entre la causticité cinglante du « vieux lion » et l’impertinence du « jeune loup ». Jeune loup qui d’ailleurs ne fera pas de vieux os, puisqu’il sera assassiné quelque temps plus tard.

Nébuleuse affaire que cet assassinat qui a transformé le Che Guevara africain en un martyr de la lutte anticoloniale : ni son auteur ni son commanditaire, s’il y en a un, n’ont été identifiés. Quelle part de vérité ou de fantasme complotiste ? Je vous laisse à vos propres réflexions sur le sujet. Toujours est-il qu’à travers ce face à face, « l’Histoire aura ainsi pourvu à deux partitions textuelles fascinantes », dont l’auteur Jacques Jouet se saisit pour écrire cette pièce intelligente et ludique.

L’histoire dans l’Histoire

Lors de cette rencontre, le bouillonnant capitaine se lance dans une diatribe enflammée pour dénoncer pêle-mêle le néocolonialisme, les rapports Nord-Sud, l’aide ou encore l’attitude de la France, ambivalente sur les idées et intérêts qu’elle prétend défendre. Sankara bouscule quelque peu la bienséance protocolaire : son audace fait mouche. Froissé d’être ainsi placé face à ses propres contradictions, Mitterand réplique. De discours en digressions et sous-entendus, s’engage alors un affrontement symbolique qui marquera l’Histoire révolutionnaire du Burkina Faso. « En s’emparant du texte, l’équipe de L’Agit célèbre et fait revivre l’immense espoir d’une révolution bonhomme et pacifique ».

L’idée

La pièce propose non seulement de revivre cet échange, qui constitue déjà en soi un duel piquant et intéressant, mais elle s’avance également au-delà de ce que l’Histoire en a gardé, avec pour point de départ les questions suivantes.

« Que s’est- il passé le 15 octobre 1987 ? Quelle image sacrificielle, christique, l’histoire du Burkina Faso a-t-elle donnée au monde ? Qu’est-ce que le monde en a fait ? […] Les burkinabés gardent de Sankara l’image d’un homme intègre, qui a changé les mentalités de ses concitoyens et donné une dignité à son pays ».

Avec Sankara, le président Mitterrand se retrouve confronté à une nouvelle génération de dirigeants politiques qui étaient à mille lieues des potentats avec lesquels la France a l’habitude de travailler. Ses discours sont flambants de jeunesse, de simplicité et sa parole souvent fulgurante. Son accession au pouvoir n’a jamais été accompagnée du cortège de massacres que nous avons pu voir ailleurs. « C’est ça qui nous l’a rendu unique et certains, aujourd’hui, nous disent qu’il a choisi sa mort, pour ne pas entacher la (seule) vraie révolution qu’il avait entrepris avec son peuple  ».

Ouvroir de Littérature Potentielle

« OuLiPo », kesako  ? « Ou » pour Ouvroir, comme un atelier, ou on fabrique de la « Li  » (-ttérature). « Po  », c’est pour Potentiel. En somme, ça donne « de la littérature en quantité illimitée, potentiellement productible jusqu’à la fin des temps, en quantités énormes, infinies pour toutes fins pratiques  ». L’un des pères fondateurs du mouvement est Raymond Queneau. L’auteur oulipien écrit sous contraintes : c’est « un rat qui construit lui-même le labyrinthe dont il se propose de sortir ». Un labyrinthe de quoi ? De mots, de sons, de phrases, de paragraphes, de chapitres, de livres, de bibliothèques, de prose, de poésie, et tout ça… Jacques Jouet est un de ceux-là. De son mode d’écriture, la Compagnie l’Agit garde l’aléatoire OuLiPien : le hasard du crachat qui changera l’ordre des répliques en fonction de l’adresse buccale des comédiens. Ainsi, ils acceptent le risque du désordre, faisant naître ainsi un moment de théâtre aussi instructif que joyeux. Un théâtre simple aussi, et brillamment interprété…

Il y a là d’excellentes raisons d’y aller.

Lalou


  • VEN 25 MAI 2018 - 20:00 - Léspas Culturel Leconte de Lisle - St Paul - Tarif : De 10 à 15€
  • SAM 26 MAI 2018 - 20:00 - Théâtre Lucet Langenier - St Pierre - Tarif : 6 à 10€
  • MAR 29 MAI 2018 - 20:00 - Médiathèque Antoine L. Roussin - St Benoit - Tarif : De 4 à 13€