On y était

Aperçu sur la soirée de samedi à Manapany

Manapany Report

Dilemme !..

.. Le programme annonçait des animations sportives (randos, tchoukball, slake line, skate, roller...). Ne pouvant être partout à la fois, je dus faire un choix entre le sport et le marché... Je pris mon courage à deux mains et dirigeai fiévreusement ma monture vers la buvette la plus proche. Ce sera donc le marché.


Le Manapany Village

Je trouve la place investie par les artisans. Sacs, bijoux, beaux objets en tous genres... des victuailles et de quoi désaltérer les gosiers. Ambiance famille sans chichis sur fond de bruits de vagues et végétation sauvage. Allant garer ma monture au parking poussettes, je croise Hyppolite et Guillaume Plantevin présentant leurs “affiches d’une Ile” et autres travaux. Autographe. Pas loin, je rencontre Hugues, artisan local sur son stand de bijoux. Hugues est un “heureux habitant de Manapany. Il me parle du “Ti Marché Péi”, associé au festival : “c’est le savoir-faire de St Joseph qui est là. Il y a aussi des ateliers. C’est devenu un rendez-vous du quartier, au Ti Coin Charmant, quasiment tous les mois de l’année. C’est convivial”.

C’est en effet une histoire de quartier, qui vit ici tout au long de l’année à travers les DSS. Ces dimanches à Manapany regroupent donc aussi des artisans qui soutiennent l’événement à leur manière. Et côté musique ? “Moi je me suis bien amusé à Matmatah (grosse ambiance à la Bretonne), et j’attends surtout Diho et Tapkal demain soir”.

Il reste en effet l’après-midi et la soirée de ce dimanche pour descendre prendre l’air océanique du Ti Coin Charmant, en musique, mais pas que.


Les concerts

Kaplwase, scène Laterit Groupe de St Joseph... quelques chansons avant la fin du concert. J’en retiens l’option smile, la simplicité du moment partagé. Kaplawse a des choses à dire : le texte mériterait que j’y revienne un peu pour voir.


Segadelik Le groupe un peu à part fait parler de lui en ce moment et c’est une bonne chose. “Bal la poussière Hip Hop” ou encore “Séga rap” : le concept est drôle et bien amené. Les paroles sont cherchées, avec de l’humour et un côté un peu acide sur les bords comme on aime, et quelques mises en scène façon sketch, le tout en bon équilibre, si le son est bien réglé. L’angle pris pour faire du “créole” est intéressant : un rap qui assume sa culture, dans le même esprit que Java à l’époque chez les titis Parisiens ou Massilia Sound System, dans un autre style. Comique, intelligent, musicalement intéressant. Y a du niveau, bravo.
Akoutsa Seraient-ils les enfants spirituels de Ti Sours ? Une musique (et un chant) dans la veine de Ti Coq Vellay / Joron / Baster, plutôt classique, en somme. Pourquoi pas ? L’ensemble n’est pas désagréable et s’inscrit dans l’esprit des ségas devenus emblématiques de la fin des années 80. Akoutsa ne mise pas vraiment sur du nouveau, mais les amateurs du genre y trouveront leur plaisir. Le concert éveille dans ce Ti Coin Charmant un esprit bon enfant, peut-être un peu nostalgique de la douce époque, et une surprenante envie de m’offrir une robe à fleur.

Akoutsa se voit nommé ce soir “groupe découverte de l’année” et reçoit donc le premier Prix Pierre Macquart (cf article précédent). Une collaboration se poursuivra donc et nous entendrons probablement encore parler d’Akoutsa dans un avenir proche.


Reportus interruptus

Ce sera malheureusement pour moi le dernier concert de la soirée. Ma monture ayant abusé ‘un mystérieux breuvage me somme de rentrer immédiatement au bercail. Il paraît qu’on a oublié le gaz.

Galerie Médias