Bibliothèque

Orsan

Où ta Zerbinette engloutit compulsivement les six épisodes de la saison 1 d’Orsan, la première série numérique littéraire péi. Tachycardie garantie pour cette plongée affolante dans une crise sanitaire sans précédent à l’île de La Réunion.

En droit français, le plan ORSAN (Organisation de la réponse du système de santé en situations sanitaires exceptionnelles) est un dispositif national datant de 2014. Mais pour tout lecteur friand d’expériences inédites, c’est aussi le nom d’une série médicale du même nom, lancée en 2014 par Nicolas Bonin, fondateur de la librairie numérique 8000 mondes.

Alerté par la baisse du nombre de lecteurs au profit de la télé et nostalgique du succès emporté par les feuilletonistes des journaux imprimés du XIXème siècle, Bonin, le roi du deux en un, décide de remettre les pendules de la série littéraire à l’heure de la modernité. ORSAN est née.

Saint-Denis, début de journée, boulevard Sud. Deux véhicules de pompier se télescopent. Dans les heures suivantes, les accidents de la route se multiplient, engorgeant rapidement les urgences dionysiennes. Raphaëlle Pause, médecin urgentiste, accompagnée de son infirmière Christine, et de son interne Stan, parviennent à la même conclusion. Ces accidents sont provoqués par une perte de connaissance brutale des conducteurs, qui ont tous souffert de céphalées avant le choc. Très vite, on pense à une épidémie, type méningite.

Mais le nombre de victimes ne cesse d’augmenter et le personnel médical, débordé, n’a pas le temps d’apporter une réponse efficace. Ni d’identifier la cause du mal. C’est alors que les personnages tentent l’impossible pour éradiquer celle qu’entre soi on commence déjà à baptiser « la Khale ».

Au-delà du caractère complètement addictif de la série (six épisodes de 40 minutes de lecture dévorés en dix jours) on ressent un vif plaisir à reconnaître l’univers local dans lequel se débattent médecins et patients. Beaucoup de particularités truculentes de la vie réunionnaise y sont saisies avec acuité. Dans ORSAN, les auditeurs paniqués appellent Freedom (prudemment nommée radio Ladilafé), se rappellent de la crise du chikungunya, et n’hésitent pas à bloquer les routes pour faire entendre leur colère. Les personnages, quoiqu’ héroïques, n’en sont pas moins réalistes. Égoïstes, ambitieux, inconscients parfois, leurs travers sont soulignés par des dialogues vifs et percutants qui instillent dans la narration un rythme prenant.

Reste que l’aspect collaboratif de l’aventure est alléchant, puisque la librairie 8000 mondes fourmille d’idées géniales pour faire lire et écrire, du vote des lecteurs pour leur texte préféré, aux ateliers d’écriture, sans oublier les séances de lecture publique en bibliothèque.

Le septième épisode sort bientôt. Attention. Dépendance garantie.

A découvrir en cliquant sur l’image ci dessous :


Zerbinette