Zoom

Piano Sano

Lespas Leconte Delisle accueille une série de concerts de musique classique, une fois par mois, sous l’appellation « les Classiks de Lespas ». Le septième rendez-vous est donné vendredi soir, avec le pianiste Frédéric Chouquet, qui présentera pour l’occasion ses propres compositions.

Rendez-vous mensuel

Les Classiks de Lespas sont un rendez-vous régulier entre le public Réunionnais et les artistes, autour de la musique classique (on s’en doutait), ce qui répond à une véritable attente tant du côté du public que de celui des musiciens. Christophe Sam, directeur artistique et musical pour l’association Les Lignes, explique. Il s’agit en effet d’offrir « la possibilité pour des artistes professionnels Réunionnais de se produire régulièrement » et de faire de cet espace « un port d’attache de la pratique professionnelle en musique classique ».

Comme son nom l’indique également, c’est un programme de Lespas (Leconte Delisle). Christophe parle de l’endroit. « C’est une petite salle qui sonne bien sans avoir besoin de sonoriser, c’est un écrin. On a pu y jouer avec des formations peu nombreuses, du récital (par exemple, concerts pour piano et chant), ou du quatuor à cordes. Mais la scène peut accueillir des ensembles plus importants, jusqu’à l’orchestre classique » (35 personnes sur scène). L’idée est de visiter et faire vivre toute la musique classique, d’hier et d’aujourd’hui, dans tous ses styles.

Pour finir cette saison dont le fil rouge était l’introspection, Lespas accueille Frédéric Chouquet, interprète et compositeur.

Ce soir, Chouquet joue du Chouquet !

Il ne joue pas du piano debout mais a beaucoup à dire (oui j’ai osé !). Ce trentenaire de talent compte sur ses doigts pour nous faire voyager le temps d’un concert. Jérémy Chouquet s’est déjà produit ici (il vit à la Réunion), notamment sur des œuvres de Chopin et Debussy, mais ce soir, ce sont ses propres compositions qu’il présentera.

Avec un très léger brin de jazz en filigrane, la musique de Frédéric Chouquet semble surtout s’inspirer du style minimaliste.

Kezako ? La musique minimaliste « est un courant musical apparu dans les années 1960 aux États-Unis, animé par des compositeurs tels que Steve Reich, Philip Glass... Volontiers consonante de manière tonale ou modale, ouvrant sur le répétitif (elle attire aussi le rock progressif), cette musique réduit au maximum la succession des événements musicaux. Elle peut se réduire à un long accord, avec un minimum de variations, ou à la répétition d’une motif simple ». C’est en d’autres mots, une musique qui paraît simple (dans le bon sens du terme), souvent répétitive, accessible à toutes les oreilles (même celles qui n’ont pas compris la définition donnée plus haut).

Christophe Sam ajoute : « c’est la porte d’entrée la plus facile et la plus abordable pour apprivoiser la musique classique. On la prend un peu à la source. De par sa simplicité et son accessibilité directe pour le public, même novice, elle emmène et accompagne, elle met en confiance. Une fois rassurés sur la musique classique, souvent les gens ont ensuite envie d’aller plus loin, d’écouter d’autres œuvres ».

Toutes les occasions de s’instruire sont bonnes à prendre, voilà ce que j’en pense. Bien, reprenons notre fil.

Frédéric Chouquet proposera donc ce soir des pièces pour piano, offrant « une vision différente et particulière du rapport d’un jeune artiste à son piano, à son histoire, à son intériorité ». Une invitation au voyage méditatif qui se révèle assez efficace et fort agréable.

De bonnes conditions d’écoute, un lieu confortable, un piano qui résonne : 3, 2, 1… Déconnexion momentanée de la machine à cogiter.

Lalou


  • Les classiks de lespas / « Persévérances »
  • Vendredi 11 mai 19h | St Paul | Lespas | 10-12€