Actu

Serafimova, Enhco et encore

À peine plus d’un an après avoir enchanté la cinquième édition du festival Opus Pocus, le pianiste Thomas Enhco et la marimbiste Vassilena Serafimova rejoueront leur spectacle dans la même salle de Stella Matutina. Couchés les campeurs mais gardez hauts les cœurs ! Ici, ce n’est pas le jour de la marmotte, c’est bien mieux.

Si la métropole voit son quotidien modelé par l’état d’urgence, l’insularité réunionnaise presse son spectateur d’une façon bien différente : n’étant jamais certains qu’un spectacle venu d’ailleurs repassera un jour, nous nous ruons dessus ou risquons de voir passer notre chance à jamais.

C’est le cas pour Funambules, le spectacle où se répondent le piano de Thomas Enhco et le marimba de Vassilena Serafimova dans des jeux souvent délicats, parfois comiques et toujours pointus : on peut s’estimer chanceux. Chanceux de retrouver les titres qui ont enchanté le public d’Opus Pocus ou, pour ceux qui n’y étaient pas, de réparer cette grossière erreur.

Car ce duo prestigieux (mon premier est la révélation 2013 des Victoires du jazz, ma seconde est la musicienne de l’année 2009 en Bulgarie) cumule en ajoutant la générosité à la grâce, l’humour au talent, et en saupoudrant tout le reste de génie pour confectionner une œuvre d’une touchante humanité. Cette même humanité qui anime leur retour sous nos 21° 08’ de latitude sud.

TOUJOURS UNE BONNE CAUSE

Parce que, s’ils reviennent bien vous choyer les tympans et crapahuter sur les G.R.R, les recettes des deux concerts de cette première quinzaine seront reversées à l’association Ti Prince Marmaille constituée de douze valeureux bénévoles qui se sont donné pour mission de s’occuper d’enfants atteints du cancer. Lorsqu’on souligne la bonne cause de leur retour, Thomas Enhco sourit : « On vient toujours pour une bonne cause. » Lorsqu’ils jouent en soutien au Secours populaire ou à la Ligue contre le cancer, certes, mais aussi à chaque spectacle : « À la fin des concerts, on n’aime pas rester dans notre tour d’ivoire en coulisses. On préfère rencontrer le public et on a souvent des retours de personnes qui nous disent comment le spectacle les a aidées à oublier leurs soucis. »

Aussi bénéfiques soient-ils, les effets de l’art sont généralement inquantifiables quand les spectacles humanitaires – le mot est lâché – permettent d’en mesurer concrètement l’impact. Futurs bacheliers, nul besoin de thèse, d’antithèse ou de synthèse pour votre dissert de philo : l’art est utile, un point c’est tout.

POURQUOI FAUT-IL REVENIR

Au point de revenir pour Funambules si vous l’avez déjà vu ? Indubitablement. En soi, le « vivant » du spectacle éponyme appelle naturellement le renouvellement mais les frasques de ce duo shooté à l’impro ajoutent toujours plus d’expérimentations et de formes qui n’existent qu’un temps, celui du live d’ici et maintenant.

C’est aussi vrai pour Funambules que pour la prestation solo de Thomas Enhco qui se jouera la veille. Dans cette configuration intime, le pianiste se jette sans filet dans des monologues pianistiques. Poétiques ou dynamiques, introspectifs ou multiplicateurs de sourires, soyons assurés que, quelle que soit la forme de leur spectacle, ce qui se jouera à Stella sera de toute beauté.

Camicii


  • Thomas Enhco (en solo) 11 nov 20h | Piton St-Leu | Stella Matutina | 30€
  • Funambules (Enhco et Serafimova) 12 nov 18h | Piton St-Leu | Stella Matutina | 30€