Bibliothèque

Sous les lunettes de Zerbinette

Seul sur Mars

Où ta Zerbinette, lassée des illusoires sirènes de la rentrée littéraire, s’aventure sur les rougeoyants sentiers du thriller martien pour son plus grand plaisir, et probablement le tien...

« Thriller survivaliste captivant », pouvais-je lire sur la couverture de ce Best Seller classé au faîte des meilleures ventes du mois. Forcément, je me suis méfiée. D’abord à cause de l’anglicisme. La tautologie a allumé mes lanternes. Dire d’un thriller qu’il est captivant, c’est un peu comme écrire au Père Noël. Ça n’engage que celui qui y croit. Et puis il y avait cette note en fin d’ouvrage : « Seul sur Mars sera adapté à l’écran par la 20th Century Fox et réalisé par Ridley Scott. » Ça sentait la graine de blockbuster à plein nez, du genre suiviste en plus, calculé pour capitaliser sur le succès du récent Gravity, autre course contre la mort en milieu spatial.

J’ai commencé pourtant, d’un œil seulement, drapée dans ma suspicieuse hauteur. Et puis je me suis rappelée que je ne bossais pas pour l’Académie française. Que le plaisir du lecteur n’avait pas besoin d’être estampillé. Alors je suis descendue du Rover aux côtés de Marc et on s’est retrouvés dans une sacrée panade tous les deux. Ses copains de la NASA s’étaient envolés sans lui, et il était coincé dans une tempête de sable, blessé, et bientôt sans oxygène. Ah oui… Et j’oubliais de te dire le principal : seul sur Mars. On a fait l’état des lieux, réparé les dégâts du mieux qu’on a pu, et commencé à réfléchir à ce qui est devenu notre obsession pendant 393 pages : survivre. On a trouvé 4 patates oubliées dans les rations du cockpit et on a décidé d’en faire pousser un champ. Les catastrophes se sont enchaînées et les médias déchaînés. 

Et je suis restée agrippée à ma tablette à l’abri du monde. Mes gosses n’ont pas mangé. Les machines n’ont pas tourné. Mais l’histoire a fonctionné. À offrir sans ciller à tous ceux qui, pétris de pesanteur, rêvent de s’alléger. 

Seul sur Mars d’Andy Weir, 393 p., éditions Bragelonne.