Local

Tumbao

Le groupe Tumbao délivre un large répertoire oscillant entre Salsa, Latin-Jazz, Mambo, Plena, Mozambique, Boléros, Chacha et Rumba. Des musiques festives et techniques sur lesquelles reposent les si sensuelles danses afro-cubaines. Vamos salseras y salseros !

« Tumbao » est un terme cubain désignant le coeur rythmique de la musique afro-cubaine, à la fois ligne de base à la conga, au piano et à la basse. La Tumba est par ailleurs la plus grosse des congas (avec le quinto et la conga). A la fois instrument traditionnel et dynamique rythmique, le terme est emprunté par Youn et Marc pour baptiser leur groupe. Les deux dalons, qui se sont rencontrés en 1998 au Conservatoire de Musique de St Pierre, s’entourent très vite de Fabrice et de Richard pour jouer de la musique latino et afro-cubaine.

En 2001, Youn et Marc participent à un stage de musique à Santiago de Cuba (véritable temple de la musique latino, où Compay Segundo et Ibrahim Ferrer, pour ne citer qu’eux, ont fait leurs premières armes). Cette expérience humaine et musicale incite les amis à continuer sur leur voie et à faire vivre pour longtemps Tumbao.

  
En une dizaine d’années, le groupe a accueilli de nombreux musiciens et musiciennes, au fil des rencontres insulaires.


Au répertoire traditionnel cubain, s’ajoutent quelques accents reggae ou funk, aux détours de subtils breaks. Les percussionnistes utilisent également des tambours Batas (sur un rythme ternaire, comme celui du maloya), qui ont la particularité d’avoir deux peaux et d’être utilisés à Cuba lors de cérémonies religieuses,permettant aux croyants d’accéder à la transe. Cette particularité souligne un peu plus le goût de la formation pour les percussions traditionnelles en tous genres : clave, cloche campana, bongo, congas, timbalès, guiro...Un ensemble rythmique d’où se détachent les sons chauds du bois et des peaux ainsi que ceux plus froids des instruments métalliques. Sur scène, Tumbao révèle toute son énergie en enchaînant des morceaux rapides, particulièrement dansants, et d’autres plus calmes dans un style Latin-Jazz propice aux ambiances feutrées des grands hôtels.  


Mambo, Rumba ou Salsa, les morceaux commencent souvent en sourdine ou a cappella, les voix puissantes des musiciens formant un choeur de bonne tenue. Puis le piano de Marc, dans la pure tradition afro-cubaine, amorce la mélodie sur un rythme effréné, pimentant la sauce (ou salsa) et imposant le tempo à la section cuivre, à la basse et à la guitare.

Jérôme Horat - juin 2007