Portrait

Eric Longsworth, la randonnée musicale

Un pied devant l’autre

Après quelques mois de préparation, Eric Longsworth revient à la Réunion...

..violoncelle au dos, pour trois semaines de randonnée musicale à la découverte de notre beau caillou, et à la rencontre de ceux qui sont dessus. Une histoire à suivre, au sens propre comme au figuré. A vos sacs à dos !

« Violoncelliste marcheur » : c’est ainsi qu’il se présente. L’idée semble saugrenue... on imagine tout de suite un pauvre diable transpirant dans les sentiers escarpés de l’île, empêtré d’un instrument encombrant, se demandant ce qu’il est venu faire, au final, dans cette galère... Nenni ! Cet homme-là sait bien ce qu’il fait, dans la marche comme dans la démarche.

Les mollets sont faits

On vous en avait parlé lors de son premier passage en mars.

Violoncelliste de formation classique, joueur de jazz depuis plus de 20 ans, touche-à-tout musical, Eric Longsworth déroule une belle et riche carrière de musicien. La dizaine de disques à son nom témoigne d’influences diverses. Il a développé de nombreux projets jazz et musiques du monde avec des musiciens d’Europe et d’Afrique de l’Ouest, métissant les genres et les styles. Originaire d’Amérique du Nord, il vit en France depuis 16 ans.

Eric est un habitué des longues immersions dans la nature, dont il s’inspire avant tout. Pas d’inquiétude pour ses mollets, ils sont prêts pour les sentiers réunionnais. En effet il n’en est pas à ses premiers pas de « randonnée musicale ». Ceux qui ont pu visionner son film pourront confirmer. Celui-ci retrace l’aventure menée sur le sentier des Huguenots, sur 400 km de randonnée, ponctuée chaque soir, chez l’habitant, de moments de musique partagée. Ce premier projet est né d’une réflexion autour de l’exil, de la migration forcée.

C’est ce principe, à la fois simple et courageux, « d’aller vers », pedibus cum jambis, qui est repris aujourd’hui. Idem pour les étapes chez l’habitant et pour les soirées de « bœuf » et d’exploration musicale avec tous ceux qui voudront se prêter au jeu. Mais le fil rouge du marcheur sera cette fois d’explorer la diversité culturelle de la Réunion et l’idée de « bien vivre ensemble ».

Le vrai moteur

Eric explique : « je veux faire la musique en dehors du commerce ». Au fond, pour une fois, le projet n’est pas de produire une prestation, que l’on viendrait voir, consommer, avec cette habituelle distance entre l’artiste et le spectateur. Le musicien ne se contente pas de venir jouer sa musique : l’homme s’intéresse vraiment aux gens (certes, l’expression paraît niaise mais ce sont les mots justes). Le but est de rencontrer, tout en mettant la musique au cœur de ces rencontres.

Et pour faire ça, il faut prendre le temps : c’est là que la marche prend tout son sens. C’est « une lenteur qui permet de se rencontrer autrement ». Et prendre son temps, c’est quelque chose qu’on oublie trop. N’y allons pas par quatre chemins, l’expérience mérite bien quelques courbatures.

Feuille de route

Accompagné à la base d’un « preneur de son » et d’un cameraman, Eric est parti mercredi de Saint-Paul pour 24 jours de marche sur 350 km en tout. Tous ceux qui veulent marcher un bout de chemin avec lui sont les bienvenus. Le trajet a été décidé de façon à permettre à tous de s’y mettre, du promeneur du dimanche au randonneur chevronné. De même, si le tracé s’inscrit en partie sur la côte, c’est pour permettre à ceux qui ne peuvent pas marcher d’accéder aux rendez-vous musicaux de fins d’étapes. Ajoutons à ça quelques lieux symboliques de la culture réunionnaise, incluant biensûr le cœur de Mafate (mais pas que).

C’est l’occasion de se bouger en pleine nature, de (re) découvrir la beauté fabuleuse de nos paysages, et de se connecter un peu aux autres, un peu aussi peut-être à soi-même. Musiciens, poètes, amateurs, écouteurs, curieux, l’aventure n’attend que vous.


  • Randonnée musicale | Eric Longsworth | du 05 au 27 SEPT 2018
  • Plus d’infos sur http://www.randonneemusicale.com/
  • Coup de pouce possible en faisant un don (sur le site).

Galerie Médias