Zoom

Swan Lake

Vous avez dit « classique » ?

Surprenant programme que celui proposé par Dada Masilo, chorégraphe Sud-Africaine de 33 ans. Il fallait oser : un « Lac des Cygnes » à la sauce Africaine, où le prince ne tombe pas amoureux de la gracile jeune fille.

L’artiste choisit le classique de Tchaïkovski pour défaire les stéréotypes. En réinventant la métaphore de la pièce, elle confronte et fait voler les tabous en éclat. C’est frais et profond à la fois. A vos tutus !

Si je vous dis « Lac des cygnes », vous répondrez naturellement : ballerines, tutus, musique classique, danse classique… « Classique », c’est le mot.

Lorsque Dada Masilo découvre ce ballet, elle n’est encore qu’une enfant : c’est le premier qu’elle voit. Elle tombe immédiatement amoureuse des tutus et décide qu’un jour, elle aussi, elle le danserait sur scène. « Classique » rêve de petite fille. Mais ce qui tient à la limite du cliché s’arrête là. En 2010, après une solide et prestigieuse formation en danses classique et contemporaine, la jeune chorégraphe n’a pas oublié son projet. Elle propose sa version, une vision audacieuse qui se pose justement à l’encontre des stéréotypes.

Prenons un exemple : « les danseurs de ballet sont tous gay », voilà une idée reçue qui perdure. De là, Dada Masilo s’interroge : « qu’adviendrait-il de l’histoire si le prince était gay ? » Essayons. Que donnerait un métissage entre le ballet classique et la danse traditionnelle africaine ? Voyons cela.

Dada Masilo brise les clichés autant qu’elle s’en amuse

Les écueils sont nombreux, d’abord, dans la forme : l’idée peut laisser sceptique. Est-il possible de marier de façon cohérente deux techniques de danse a priori si éloignées ? Pas de pointes mais des pieds nus, tantôt ancrés dans le sol, tantôt frappant à terre avec bruit, tantôt glissant avec légèreté, aériens. Des tutus, qui s’intègrent au service des mouvements africains. La chorégraphie déconstruit les codes, s’affranchit des conventions de genre et des frontières culturelles.

Le fond, ensuite. Dans sa pièce, l’artiste questionne des thèmes graves tels que l’homophobie, les stéréotypes de genre, le sida, le mariage forcé. Sujets sérieux voire tabous, traités avec beaucoup d’humour et de finesse. Dada Masilo brise les clichés autant qu’elle s’en amuse.

Bien loin de tourner au grotesque, l’ensemble bouscule le chef d’œuvre sans l’écorcher. Au contraire ce dernier y gagne un inexplicable souffle d’air frais. Comme si le spectateur faisait par procuration l’expérience de la liberté que la chorégraphe s’est accordée.

Quand Tchaïkovski rencontre l’Afrique, c’est un spectacle émouvant, drôle et intelligent, qui prend vie.

Lalou


  • Danse | Swan Lake
  • Jeudi 15 fév. 19h | St-Denis | Téat Champ Fleuri | 13-25€
  • Vendredi 16 fév. 20h | St-Denis | Téat Champ Fleuri | 13-25€
  • Samedi 17 fév. 20h | St-Denis | Téat Champ Fleuri | 13-25€