Coup de coeur

White is the new black

Courant novembre, une rumeur court sur l’ouverture d’un nouveau lieu à vocation culturelle à Saint Pierre, un espace galerie d’art. Nous voilà parties, ma licorne à paillettes et moi, pour de nouvelles aventures saint-pierroises dans nos tenues de lumière.

Quoi de neuf, docker ?

Recyclant éhontément ses vieilles vannes, Manzi tisse un hommage à la meilleure discothèque éphémère de (...) +++

Allions-nous découvrir un nouveau repère de simili rockers tatoués, une néo secte pour babos à collier de fleurs séchées, un bar branché pour costard trois pièces en manque de sensations fortes ?

Une grande case créole blanche, de la lumière, des vidéos, nous voilà arrivées dans l’ancienne demeure de l’artiste — auteur, compositeur, interprète — Cheikh el Hasnaoui. D’ailleurs, le titre phare de ce virtuose de la musique kabyle, enterré à Saint Pierre depuis 2002, est La Maison blanche.

Les femmes perchées sur leurs talons hauts, les déjà habitués habillés comme il faut, les squatteurs-fumeurs incontournables devant tous les hauts lieux de culture de la nuit… tous sont présents à l’appel. La déambulation festive peut commencer.

Tout au long de petites pièces traversées, les critiques-blagues fusent, les créations sont loin d’être toutes intrigantes mais les rires viennent combler notre manque d’intérêt pour certains artistes. On passe rapidement sur le street-art mégalo de Waroox tandis que la pièce funky de John Bob nous en met plein les yeux. Cet artiste haut en couleurs aux inspirations enfantines mais coquines vous décrochera forcément un sourire avec ses petites bulles aux phrases percutantes.

Pour le final, cerise sur le gâteau, l’espace dédié à The Oscian représente une jolie surprise, un jeune artiste graphiste qui se met en scène sobrement dans des décors doux et poétiques aux lignes fines et précises. L’artiste au sourire tranche papaye nous raconte son univers, ses techniques, ses envies… Et au bout du couloir, le doux bruit des bulles nous accueille pour l’instant pétillant que l’on vient tous chercher lors des vernissages, l’instant pique-assiette.

Mais Kaz Blanche ne se résume pas simplement à une galerie, il s’y déroule aussi des ateliers, des défilés, des dégustations, des performances live. Un atelier de couture a piqué ma curiosité. Victime de son succès, la pièce était bondée, la prof un peu agressive, la chaleur étouffante. Si le modèle proposé ni brillait pas par son originalité, j’en suis ressortie avec une future jupe en wax bien avancée, des nouvelles rencontres et une première expérience de cours de couture qui a tenu ses promesses.

La Kaz Blanche est un champ d’expérimentation. Son équipe de trois bougres - Gwen, Baboo et John - tente, innove, organise et désorganise la culture saint-pierroise. Depuis le mois de février, tout l’espace a été repensé, modulé, épuré. Une pièce Carte blanche a été mise en place, le jacuzzi a repris du service, les sols se sont parés de leur plus beaux atours.

Un espace bar et petite restauration à l’extérieur permet de déguster les mets et boissons estampillés Produits Pays Réunion, une marque qui oriente l’établissement vers une philosophie lifestyle — le nouveau terme à la mode parisienne qui se voudrait être un synonyme de « style de vie » et autre « philosophie de vie » légèrement pompeuse.

Pas de langue de bois chez Gwen, du fric il en faut et il n’a pas peur d’aller en chercher même s’il faut sortir des sentiers battus et mêler le côté pointu du monde de l’art avec le côté bourru des entrepreneurs. Leurs partenaires ne fleurent certes pas forcément le glamour — Mauvilac, Protek solaris, Solutio ou KDR— mais ils n’en ont pas honte, loin de là. Leur positionnement « cul entre deux chaises » est un grand écart, un pied dans l’underground factice des artistes décalés, l’autre dans les soirées d’experts comptables barbantes mais nécessaires.

L’envie de cette équipe de choc : créer un lieu de communication hors média et y mêler galerie d’arts, business et lifestyle. « Tu veux prouver que tu as la plus grosse ? Au lieu de prendre un 4 par 3 en ville, tu viens la montrer en direct », dixit Gwen Mallo.

La Kaz Blanche se cherche encore et ne peut donc fournir une programmation fluide et anticipative, il faut suivre de près leur page facebook ou se laisser surprendre en y passant inopinément aux heures d’ouverture.

Bon à savoir, la possibilité existe de privatiser l’espace pour des évènements confidentiels : l’objectif n’est pas d’organiser « LA » teuf de l’année avec le DJ qui a la cote, mais plutôt de s’y retrouver en petit groupe d’amis ou de venir y savourer un 5 à 7 en toute intimité.

En prévision, des fresques du fleuron artistique réunionnais — Abeil, Sept & Box, Kid Kréol & Boogie — des expositions d’Emeline Cham, de Flo à Fleur et les masques tout en récup de Claire des Rencontres alternatives. Isaac Newton l’a prouvé : le blanc est la teinte obtenue quand on mélange la lumière de toutes les couleurs. La Kaz Blanche confirme l’expérience en réunissant dans un même lieu un cocktail bouillonnant de talents.

Lodie

GALERIE — La Kaz Blanche
69 rue Victor Le Vigoureux
97410 Saint-Pierre
Ouvert du mardi au jeudi 11h-21h
Tous les évènements afterwork ont lieu de 17h à 21h.

http://www.lakazblanche.com/
facebook : lakazblanche