Spectacle

20 désanm Kisa Ladi

Ne vous fiez pas à ce titre qui cache une fresque « libertalienne » associant différents arts de la scène.

A la Réunion Joseph Napoléon Sébastien Sarda Garriga a annoncé l’abolition à la Réunion en 1848. Mais était-ce pour autant la fin du joug de l’esclavage ? Et d’ailleurs qu’en était-il de la liberté dans les autres pays du globe ? Qu’en est-il aujourd’hui ?

Veli, à travers une fresque poétique et historique interroge sur l’origine de l’esclavage. La domination de l’Homme par l’Homme nous rappelle sans cesse que la construction des sociétés s’est faite au prix du sang, de luttes sans merci pour retrouver le sens de La liberté. L’histoire passe et se répète.

Ce spectacle chanté et dansé, offre ici une vision du monde et témoigne de l’Histoire d’une humanité encore et toujours bafouée, d’un brouillard indicible qui certains jours cache des "visages archipels".

Les danseurs de Hip hop du village Titan , les choristes de Dominique Perrin, et de Yves Hoarau, les jeunes du GEIST 21, le saxophoniste David Joannais, des images vidéo .viendront ainsi se mêler aux discours des philosophes de l’Antiquité passant par ceux du 18 siècle, à la poésie, aux déclarations qui ont marqué la fin d’un apartheid, et ceux et celles qui ont crié des rêves sur "les rouges collines de Géorgie" et dans le cœur des hommes.

Des danseurs, des chanteurs, des comédiens , des musiciens, un vidéaste ; une équipe formidable pour une épopée « libertalienne » qui invite à une réflexion sur les abolitions et la notion de liberté.

Les voix s’envolent pour crier l’espoir, dénoncer l’injustice, réclamer la liberté pour tous.

Les corps se lovent dans les mots et cherchent la paix de l’ombreuse futaie.

Un spectacle complet et vibrant.