Musique

We cut the night tour

AaRON

En 2007, un duo français baptisé d’un étrange acronyme se hisse en haut des charts pendant plus d’un an. Dans la sublime tradition des tire-larmes romantiques, AaRON (Artificial animals Riding On Neverland) côtoie les sommets des Rolling Stones et leur mythique Angie avec une chanson acoustique et écorchée. Huit ans plus tard, le tube Lili, extrait de la B.O. du film Je vais bien, ne t’en fais pas de Philippe Lioret, reste gravé dans les mémoires comme le prénom du grand amour perdu tatoué au bras d’un loubard au cœur tendre. Mais il est amusant de rappeler que le véritable titre de cette ballade était U-Turn : un demi-tour, soit le changement de direction le plus radical que l’on puisse imaginer. Et à l’écoute du troisième album d’AaRON, on ne peut s’empêcher de penser que l’image avait quelque chose de prémonitoire.

Avec We Cut the Night, paru fin 2015, Simon Buret et Olivier Coursier appuient sur le bouton reset. Courageusement, ils oublient le registre acoustique qui les a fait connaître pour se réinventer dans une composition dont les forces dominantes sont l’électronique et les années 80. Ce disque marqué par le rugissement froid des vieux synthétiseurs est à sa manière une vue en coupe de la nuit des grandes villes, de ses ambiances béton et de ses habitants. Blousons noirs, addicts errants, amoureux paumés, bambocheurs gourmands : on y croise toute la ménagerie d’un outre-monde nimbé de lumières artificielles où toutes les émotions semblent magnifiées, et où la mélancolie qui marque les humeurs du tandem se met à danser sur les rythmes puissants d’une pop synthétique par moments euphorisante, où l’on entend résonner l’héritage de Depeche Mode et d’Eurythmics. Immersive et moderne, la musique d’Aaron résonnera avec une énergie particulière dans l’architecture à ciel ouvert du TEAT Plein Air, où le duo fait une escale exceptionnelle au milieu d’une tournée à guichets fermés à travers toute la France.

Because we’re poems on sidewalks
Because you are the needle in my arm
We are equals
We are mirrors
We cut the night

Akoz nou tomb ète fondker dsu bord somin
Akoz ou mèm zéguye dan mon bra
Nout tout lé parey
Nout figir i arsamb
Nou la farlang la nuite

AaRON – We cut the night

Distribution

Chant : Simon Buret
Guitare, claviers : Olivier Coursier
Guitare, claviers : Bertrand Flamain
Batterie : Grégory Jacques

Durée : 1h30
A voir dès 10 ans