Musique / Rap - Slam

Rap péi

Alex Sorres

Alex Sorres invente au quotidien le rap made in Réunion, avec le cœur et sans Bling-bling. Entre deux projets sur scène, il vient de sortir un 2e album très attendu, Priyèr si priyèr, et entame une tournée avec ses nouveaux morceaux.

Le rappeur de Piton Goyave (Petite-Île) a fait bien du chemin depuis ses premiers concerts sur les scènes de radio-crochets de l’île. Il est aujourd’hui le fer de lance du mouvement hip-hop à La Réunion, reconnu pour son rap en créole mâtiné de maloya.

Après 6 ans d’attente, le camarade Sorrès a finalement sorti un 2e album très attendu début 2013, Priyèr si priyèr, réalisé avec les conseils et le coup de main de Camille Bazbaz, chanteur, lover et producteur de grooves rondelets et sensuels. Un disque de rap métisse et mélodieux où remontent des influences blues, et où le chanteur délaisse parfois le flow tranchant du rap pour des incursions sur le territoire du maloya.

Si on peut, sur la production de l’album, regretter parfois que le kid de Piton n’ait pas laissé plus la main à Camille Bazbaz, s’il reste quelques petites inélégances, de vagues traces d’amateurisme presque rafraîchissantes, on est forcés de reconnaître que la musique et les mots d’Alex sont d’une ouverture, d’une sincérité et d’une qualité uniques sur la scène rap locale. En évitant souvent la tentation de l’ego trip, en conservant malgré les années une colère intacte, une salutaire tendance au sarcasme et une espièglerie qui n’est pas sans rappeler celle du sale gosse content de lui, il parvient à se renouveler, à garder sa verve intacte, et à toujours provoquer l’intérêt, la surprise, le sourire ou l’émotion.

En live, le garçon envoie le bois avec la simplicité, la générosité et l’humour qui le caractérisent hors les planches. Accompagné sur scène d’un batteur, d’un bassiste, d’un DJ et d’un percussionniste, il défend un set pêchu et on espère qu’il pourra tourner suffisamment pour, qui sait, ajouter des musiciens à son groupe, parce que son talent ne s’exprime jamais mieux que sur une musique hybride et organique, entre rock, rap, blues et maloya.

  • Magazine
  • À ce propos

"Priyèr si priyèr"

6 ans après "Piton Mi Lé", Alex Sorrès revient avec un disque punchy, bien foutu, énervé et drôle, mélodieux et entêtant, (...) +++