Musique / Urbaine

Chilla, Pix’l & Dj Krazy Ice

VEN 4 DÉC 2020 - 20:00 - Le Kerveguen - St Pierre - Tarif : 6€/10€all


CHILLA


En 2014, à l’écoute d’Intergalactik, l’un des premiers morceaux de CHILLA, on ne se doutait pas une seconde que la rappeuse dévoilait là une de ses obsessions : l’espace, l’infinité de l’univers et surtout cette lune qui continue de l’inspirer cinq ans plus tard. Il y a déjà le titre de ce premier album, MŪN, conséquence heureuse d’une mauvaise traduction du mot « lune » en japonais. Cet astre qui lui rappelle à quel point son existence peut lui paraitre insignifiante face à l’immensité de la galaxie.
Mais, il y a aussi tous ces morceaux réunis ici, censés témoigner d’une personnalité complexe, tiraillée entre des sentiments et des attitudes contradictoires. CHILLA semble en avoir fini avec la technique pure. Sur MŪN, l’idée n’est plus de multiplier les figures de style derrière le micro, mais bien de simplifier l’écriture, d’aller à l’essentiel, d’osciller entre le rap et le chant et de rechercher l’émotion à travers la mélodie. Un choix logique, finalement, de la part d’une artiste de 25 ans, qui a passe douze années à apprendre le violon, le solfège et la rigueur d’une formation classique, et qui souhaitait visiblement ici, souligner davantage son rapport intime a l’instrumentation.

A l’écoute de ce premier album, on comprend en effet que chacun de ces quatorze morceaux (agrémentés de trois titres bonus) ont été envisagés comme un processus thérapeutique. Un peu comme si l’acte de création lui donne « la légitimité d’exister », comme si CHILLA, visiblement préoccupée par la gestion de ses sentiments amoureux et d’un travail introspectif, avait fini par comprendre qu’elle n’avait « pas besoin d’un homme pour se construire en tant que femme ».




PIX’L


Influencé à ses débuts par les sons d’Eminem et de Cypress Hill et autres rappeurs américains, c’est à la Plaine des Cafres qu’il découvre la culture reggae et commence à effectuer ses premiers enregistrements. Pix’L et son ami Mighty Lion fondent le groupe « RasK » en 2007 et enregistrent une trentaine de titres. Ce groupe, aux influences Reggae-Dancehall, sera agrémenté d’une touche hip- hop à l’arrivée du Mc « Kérozen », un an plus tard. Jusqu’à ce jour, Pix’L se pro- duit en solo ou avec « RasK », sur les scènes des Sounds Systems locaux tels que « Lighting Sound », « Community Sound »...Il ne laisse pas indifférent le public venu en nombre lors de la 1ère édition du « Reggae Unity Festival » en 2012 à la Ravine Saint-Leu, où il joue en première partie du légendaire groupe jamaïcain « The Congos ». En 2016, Pix’l sort « Nouveau départ », un album aux influences urbaines qui allie avec brio des titres reggae, dancehall, hip-hop et trap. A ce jour, il continue de diffuser, via internet, ses nouvelles compositions en solo ou avec « RasK » et multiplie les apparitions sur scènes, comme aux Francofolies de la Réunion en 2018. Pix’L prépare, actuellement, un projet solo au studio Inity I Records...

Alors restez à l’écoute !


DAN LA KOUR : DJ CRAZY ICE (20h)


Dj Crazy Ice a commencé dans le Hip-Hop en tant que danseur et a fini par animer les battles en tant que dj (Battle of the Year, Battle KidSession, BBoy France...). Après avoir travaillé avec plusieurs artistes réunionnais (Tony Tso, Fayazer, Queen Favie, No limit...), Dj Crazy Ice pose ses platines au Kerveguen pour une session hip-hop et tropical vibes ! Prêts pour le dancefloor ?

L’azenda vous conseille aussi