Musique

Blues djinn

Dolorès Boyer

VEN 26 OCT 2018 - 21:00 - CDOI - La Fabrik - Ste Clotilde - Tarif : 5€/10€all

C’est un soir de Printemps comme les autres à Bourges. Le groupe Tricodpo vient d’y donner son premier concert et la troupe, en relâche, entre dans un bar au hasard. Ils ignorent qu’à l’intérieur, Dolorès Boyer vient tout juste de commence à chanter. D’ailleurs, ils ne savent rien du tout d’elle. Mais le blues qui vibre dans sa voix noire, cette mélancolie d’un autre monde perdue dans la pénombre d’un troquet de province, surprend les trublions la kour.

Ils entendent une souffrance à la fois étrange et familière, un mélange d’épices, de couleurs et d’émotions qui les rappelle à leur géographie : il y a du créole dans cette jeune femme qui ne semble pas vraiment à sa place dans la patine des boiseries et les velours capitonnés de cette brasserie métropolitaine.

Une rencontre et puis...

Dolorès Boyer propose un travail musical qu’elle élabore à partir de bribes de musiques traditionnelles d’origines diverses et de textes de chansons retraçant sa propre histoire.

Dénuée de pathos et de maniérisme, Dolorès aborde le chant avec une malice à la fois caressante et puissante, timide comme une amoureuse.

Elle invite les membres de sa formation à confronter leurs différents univers. Ces mondes se touchent et se transforment alors en un rêve d’une évolution possible de la musique traditionnelle.


François Gaertner, ex rédacteur en chef de L’Azenda, en parle :

Dolores Boyer est née de parents réunionnais installés en métropole. Son histoire personnelle va la tenir à l’écart de l’île jusqu’à cette année 2015 où elle fera la rencontre des joyeux drilles de Tricodpo, venus dans le cadre de leur sélection aux Inouïs du Printemps de Bourges.

Dolores est une déboussolée. Elle est née d’un exil, celui de ses parents réunionnais, éloignés de leur île natale. Elle a grandi de lointain en lointain dans une bourlingue floue pleine d’histoires de tripots, d’entourloupes et d’ombres semi-légales.

Et sans avoir jamais posé le pied sur le sol d’où vient son héritage, elle le chante. La rencontre est fulgurante : très vite Erick Lebeau (le chanteur-guitariste de Tricodpo) et sa bande ont l’idée d’accompagner cette jeune femme dans son aventure intérieure et l’invitent à les rejoindre à La Réunion. Voilà Tricodpo réinventé en backing band au service d’une artiste qui nous vient, littéralement, de nulle part, mais qui fait entendre à sa façon, poignante, l’âme douce-amère des musiques tropicales.


DOLORES | Album concept

Un album-concept est un canevas de chansons qui présente une cohérence tant au niveau de l’esthétique musicale que des thèmes abordés.

UNE UTOPIE COLLECTIVE

Après un premier album remarqué en 2014 intitulé Tricodpo, Erick Lebeau s’attaque en 2016 à l’écriture de son deuxième opus : DOLORES.

En 2015, Tricodpo est sélectionné aux Inouïs du Printemps de Bourges et le groupe s’amuse et s’étonne à la lecture des biographies romancées, presque exagérées, des différents artistes programmés. C’est là-bas que naîtra l’envie d’inventer l’histoire d’une chanteuse exilée.

Cette idée va se concrétiser ensuite au cours d’une des résidences d’écriture du spectacle Tricodposcopie. Les membres du groupe vont alors créer le personnage de Dolores et composer un set de cinq chansons qui constituera la première partie du spectacle durant un an.

COMME PAR ENCHANTEMENT

Le personnage de Dolores est une création à part entière. Nous lui avons imaginé une enfance, inventé des amours, des prises de décisions, composé pour elle une correspondance avec un être cher ; le tout tenant dans le domaine du vraisemblable.

Tout ce que Dolores raconte sur scène n’est donc que pure fiction. Les textes des chansons retracent l’histoire de cette jeune femme née dans les Yvelines, dont les parents étaient réunionnais et ont atterri en métropole par le biais du BUMIDOM (Bureau pour le développement des Migrations dans les DOM). Le contexte familial est complexe. Le père et la mère sont confrontés à de grandes difficultés financières et professionnelles qui les amènent à se tourner vers des activités parallèles, comme l’organisation de jeux d’argent évoquée dans le titre « Bat pa kard » dont sera issu le premier clip promotionnel de l’album à venir en mai prochain.

C’est autour de ce parcours fictionnel d’une artiste chanteuse que l’équipe de création a souhaité mettre en oeuvre cet albumconcept. Le travail d’écriture et d’interprétation englobe une dimension aussi bien théâtrale que musicale.

MISE EN PERSPECTIVE

Lors de la première du spectacle Tricodposcopie sur la scène du Badamier au Téat Plein Air en octobre 2015, les Théâtres Départementaux ont été séduits par la qualité de la proposition de Dolores et ont offert au groupe de présenter ce travail sur la scène du Karo Kann en juin 2016. L’accueil du public est venu confirmer la pertinence d’une telle proposition. S’en suivra ensuite une série de dates importantes pour aboutir aujourd’hui à la sortie du premier album au Kabardock le 19 mai prochain.


Un petit portrait par Canal :



L’azenda vous conseille aussi