Musique

Sakifo Before

Emlyn

Une voix suave et chaleureuse sur un séga mâtiné, saupoudré d’influences diverses, Emlyn est un talent émergeant, surfant sur les notes avec délectation. Des textes engagés, un discours universel, la jeune demoiselle a une plume réactive et rebelle, à l’image de sa personne. Portée par un ensemble acoustique dosé de rythme ternaire, explorant les sonorités, donnant du caractère à son répertoire.

Emlyn. Le prénom s’est imposé dans le paysage musical depuis trois ans. Le voyage est passionnant pour cette jeune chanteuse de 21 ans. Les nouvelles destinations s’enchaînent et les valises sont loin d’être rangées. Au rythme de paroles engagées, elle s’élance avec le regard plein d’assurance et ne cesse de faire vibrer la scène locale.

Emlyn confie à Scope les étapes qui l’ont amenée à trouver sa voie dans un registre world music mâtiné d’une touche locale et typique.

Ce qui devait être une année sabbatique s’est éternisé pour son plus grand bonheur. Emmelyne Marimootoo, qui a choisi Emlyn comme nom de scène, est une jeune artiste en pleine ascension. Elle est loin d’avoir atteint tous ses objectifs. “J’ai encore plein de choses à apprendre. Mais au bout de ces trois années consacrées à vivre de ma passion pour la musique, je ne peux qu’être satisfaite. Je sais enfin dans quelle direction je veux aller et je compte me donner à fond.”

Difficile à croire que ce bout de femme de 21 ans est timide, comme elle l’affirme. En tout cas, elle ne l’est pas lorsqu’elle est derrière un micro avec sa guitare, ou encore avec une ravanne ou maravanne. “C’est toute la magie de la musique. On se met à nu et on n’a pas d’autre choix que d’être à la hauteur pour se faire entendre, d’être pris au sérieux dans notre démarche et de capter l’attention du public.” À en croire les likes et les commentaires de ses vidéos et prestations postées sur YouTube et les réseaux sociaux, Emlyn a eu raison de s’accorder “cette pause à la découverte de la musique”.

World music et touche locale.

Aujourd’hui, c’est dans un registre world music revisité à sa sauce qu’Emlyn laisse ses empreintes sur la scène locale. “Dès que j’ai pris la décision de suivre cette voie, il était évident que ma musique devait avoir une touche locale, car j’aime le séga typique depuis mon enfance. Je suis consciente de ne pas encore toucher un large public, mais je suis loin d’être découragée ou pessimiste. Mon objectif est de faire changer les choses ici d’abord, et de l’exporter ensuite au niveau international.” Cette détermination viendrait de son “petit côté rebelle. Je ne fais jamais les choses à moitié ou comme tout le monde. J’assume parfaitement ce trait de caractère. Si je ne crois pas en moi, je ne peux pas m’attendre à ce que d’autres le fassent.”

Ses parents l’ont toujours soutenue et encouragée à croire dans ses rêves. “Ils furent les premiers à détecter mon âme d’artiste. Selon eux, j’ai toujours aimé chanter et danser. J’étais celle qui participait à tous les Music days. Celle qui adorait monter sur scène.” En effet, la jeune femme n’est pas à sa première expérience scénique. C’est sous la houlette de Jean-Renat Anamah qu’elle découvre la danse contemporaine. Pendant dix ans, elle se laissera charmer par cette discipline, qui l’amènera même à participer à un festival au Sénégal.