Photographie / Graff

Expo collective

« ANTI-VIRUS »

DU 25 JUIN 2020 AU 15 SEP 2020 - La Friche - Le Port - Tarif : Gratuitall

Galerie Médias

Nous traversons une situation de crise sans précédent, qui impacte l’organisation du monde et nous touche jusque dans notre intimité.
Nous sommes frappés par des paradoxes : l’urgence, l’impuissance ; seules restent l’attente, et notre capacité d’adaptation.
Le déconfinement a démarré le lundi 11 mai. Ce retour progressif à la vie publique ne semble pas être un retour à la vie d’avant. Il va s’accom- pagner de transformations de nos comportements, habitudes de vies et surtout, de gré ou de force, de nos regards sur le monde. Pour ac- compagner tous ces changements, il semble important de développer des outils. Pour ce qui nous concerne, il s’agit de proposer des oeuvres au public et de soutenir les artistes.
C’est pourquoi je propose d’organiser une exposition à la friche, centre alternatif d’arts visuels, du 18 juin au 15 août, sur le thème du décon- finement. Cela implique une réflexion sur ce que nous traversons et ce qui nous attend.
En plus des approches artistiques, cet événement sera donc ponctué par des interventions, sortes de conférences amicales. Artistes, universi- taires, climatologues, sociologues, psychologues, sont invités à proposer un éclairage sur cette crise sanitaire, ses jeux et enjeux.. Elles seront retransmises en direct sur internet, puis archivées et retranscrites pour faire partie du catalogue d’exposition.
Cette exposition fera également l’objet d’actions de médiation à destination des scolaires et autres groupes sur inscription. Elle a vocation à être un véritable support de réflexion et d’échange, voire de thérapie collective, pour tous les visiteurs.
J’espère que vous êtes intéressés par ce projet. C’est un événement qui fera parler de lui. A nous de réinventer ce monde.


Les artistes



- Edgar Marsy, photographe
Regard sur la société de consomation mise à l’arrêt, le temps du grand confinement.

- CanB, plasticienne
Récupération de matières industrielles, cannettes de soda en particulier, pour la composition de sculptures géantes d’animaux minuscules.

- Jace, street artiste, peintre.
Le confinement a été l’occasion d’une série de travaux de mise en sène du gouzou en situation de crise sanitaire. Une satire exclusive du street artiste de renommée mondiale.

- Migline Paroumanou, céramiste
« Disciple » de Jack Ben-Thi, son travail en grès et porcelaine, donne à voir et à s’interroger sur le caractère sacré de la nature.

- Gorg one, street artiste, peintre
Le confinement et ses troubles associés ont mené l’artiste à s’interroger sur le thème de l’aveuglement, de l’autocensure. Il réinvente son bestiaire et ses tracés dessinent les déséquilibres entre perception et action sur le monde, sur nos vies.

- Yasmine Attoumane, photographe, performatrice.
Insularité, frontière, limitation d’aller et venir, obstruction aux libertés fondamentales. L’artiste propose par une mise en scène photographique, une poétique de la limite.

- Henri Maillot, dessinateur, sculpteur
Le grand confinement a été l’occasion pour l’artiste de réaliser un journal de bord. Plus de 40 dessins , qui auscultent et revisitent les oeuvres classiques, au fil de l’actualité et de l’épaisseur des jours d’attente et d’inquiétude.

- Luko, illustrateur, peintre
Le temps d’arrêt, est aussi celui de la pensée, de la remise en question. Luko l’exprime par un retour vers la nature, sa beauté et sa vacuité, la vanité. Autant de formes qui racontent le désir d’un monde d’après la crise.

- Richard Blancquart, sculpteur
Depuis plus de 30 ans ses matières sont l’aluminium, la terre et le bronze. L’artiste propose cette fois un travail sur le passage, la transition, la possibilité de l’ouverture vers un nouveau paradigme.

- Réso, street artiste, peintre
Installé dans la région de Toulouse, le street artiste, créateur du « wild style », participera à l’exposition via vidéo projection. Depuis son atelier, il réalisera une fresque murale en direct.


- Conférences
Cette exposition est un moment dédié à la réflexion et à l’échange à propos de cet événement sanitaire mondial sans précédent que nous traversons, et qui semble être un épiphénomène de problématiques plus larges encore. Cette exposition sera marquée par des conférences d’universitaires sur les questions, sociologiques, climatiques, philosophiques.

- Médiation
Une action de mobilisation des publics associatifs et scolaires est pré- vue, sur le territoire de Le Port et la région Nord-Ouest.

- Partenaires
Les étudiants en arts seront sollicités pour accompagner les actions de médiation. (Ecole supérieure d’arts, Ecole supérieur d’architecture de Montpellier).

- Rencontres avec les artistes
Des temps d’échanges avec les artistes sont programmés. Les publics pourront, à partir des oeuvres, s’intéresser à la thématique à partir de la question esthétique. Ces échanges feront l’objet d’enregistrements audio puis retranscrits pour être publiés dans le catalogue d’exposition.

- Sécurité COVID 19
Le site de la Friche est un hangar de 1200 m2. La surface d’exposition est de 180 m2 et le périmètre d’accrochage est de 100 m. Nous pouvons accueillir 50 personnes en même temps tout en respectant strictement les consignes de sécurité liées à la COVID 19. Distance de 1m, gels hydro alcooliques, et distribution de masques jetables à l’entrée.