Multi-supports

Pierre Cucca - Doss - Catherine Rosier

AUTODIDACTES

Une exposition - Trois artistes.
Pierre Cucca - Doss - Catherine Rosier
« AUTODIDACTES », leur point commun, est aussi le titre de cette exposition.


Pierre Cucca :

Cet homme ne connait pas de frontières. Son inspiration non plus. Après avoir réaliser son service militaire comme casque bleu au Liban,il rejoint ensuite le Japon où il travaille au sein d ’une association humanitaire de reconstruction, puis s’installe à la l’Île de la Réunion.

Entre guitare et petits boulots, il visite Madagascar avec un ami malvoyant, périple durant lequel chacun guide l’autre à sa façon ...

Voyageur curieux, aimanté par les sons et les parfums, il est sélectionné en 2001 pour les Rencontres d’Astaffort organisées par Francis Cabrel aux côtés duquel il montera sur la scène du Casino de Paris. Et c’est dans la capitale qu’il revient humer l’air du temps, entre concerts et apparitions au cinéma, rencontres artistiques et balades en solitaire.

Son travail de sculpteur naît alors d’un second séjour à La Réunion quand il découvre les essences de bois endémiques de l’île. Attiré par leur beauté, il taille ses pièces en suivant à la fois son inspiration et celle suggérée par le matériau qu’il transforme. Toutes les émotions emmagasinées lors de ses multiples voyages s’expriment dans ces visages venus d’Afrique et des tropiques. Où la douceur des formes enlace la puissance du bois. « La vie telle qu’elle m’a façonnée » dit Pierre Cucca pour décrire son travail.


Doss :

"Un surnom héritage de six années passées à l’Armée, période-clé et peut-être décisive au cours de laquelle j’ai commencé à développer mon esprit artistique.

Lauréat à deux reprises, du concours des peintres de l’Armée de Terre, 1er Prix des œuvres photographiques en 2011 et 2013, ces dernières années mes temps libres étaient consacrés exclusivement à la photo et aux croquis. C’est suite à une visite au Centre national d’art et de culture Georges-Pompidou à Paris que j’ai ressenti cette envie de m’essayer à la peinture.

Bien que sans formation, mon esprit fonceur et mes envies ont pris le pas sur la raison et je me suis lancé dans l’aventure. Même si mes premiers coups de pinceau étaient plutôt hésitants… ma passion, elle, était bien née. A travers la peinture, j’exprimais mes envies, mes messages et ma vision du monde. Au fil des années, des idées ont germé, la technique s’est améliorée et l’envie de créer s’est imposée à moi comme une évidence. Pour chacune de mes toiles, je m’inspire de mon île d’adoption, La Réunion, une île culturellement riche et historiquement vivante.

C’est au coeur de cet environnement de création et d’inspiration passionnant que je dessine et livre un message avec ma vision de l’art. C’est d’ailleurs ici il y a deux ans que j’ai créé cette nouvelle façon de travailler l’acrylique en donnant du relief et de la matière au dessin tout en apportant un soin particulier à mes fonds de toile. Quatre années d’expositions entre La Réunion et Paris m’ont ouvert les portes de différents sites d’exception : un cabinet notarial, de luxueux hôtels tels que le Lux**** et le Bellepierre****, sans oublier la Villa de la Région en Août 2016. "


Catherine Rosier :

Après avoir passé une première partie de sa vie dans le sud de la France et obtenu son diplôme d’architecte DPLG, Catherine est venue s’installer à la Réunion avec son mari. A deux ils ont créé « Espace Création » une agence d’architecture où elle a travaillé au moins une dizaine d’années. D’autres opportunités l’ont amenée ensuite à animer un atelier de dessin au sein du foyer de Joinville, puis dans différentes écoles.

Forte aussi de plusieurs expériences d’Interventions Artistiques et Culturelles dans différents milieux scolaires, elle a ensuite intégré l’Ecole Nationale Supérieure d’Architecture du Port où elle enseigne à différents niveaux. Catherine a toujours dessiné par plaisir, de par sa formation, ou pour transmettre cette passion des plus jeunes jusqu’aux étudiants en Architecture.

Elle réalise de nombreux portraits à la pierre noire ou dessins d’après modèles vivants dans différents ateliers locaux ou parisiens. Ce n’est que plus tard, d’abord à travers la peinture, puis maintenant par la sculpture qu’elle a trouvé son mode d’expression majeur et qu’elle peut ainsi laisser libre cours à son art.

Après quelques expériences de poterie en atelier, un premier essai de sculpture sur terre a été le déclencheur. Un stage auprès de l’artiste Philippe Faraut confortera cette envie d’aller plus loin dans ce domaine. Son travail resté longtemps confidentiel, a été exposé lors d’expositions collectives à la Réunion, puis maintenant en métropole ou en permanence à la galerie « Le Zèle des Anges » à Lourmarin dans le Vaucluse.

A l’origine de ses créations, il y a toujours une référence mythologique, historique ou cinématographique. Le corps humain reste son sujet de prédilection, figuratif mais souvent symbolique, pour défendre ou promouvoir l’égalité entre les hommes ou pour raconter des histoires de personnages qui l’ont particulièrement touchée.

Autodidacte, ses premières réalisations sont travaillées à partir d’une étude anatomique approfondie et avec une volonté esthétique. En peinture, à acrylique sur bois brut de récupération.

En modelage dans un premier temps sur argile encore humide ou sur terres composites, son travail se poursuit souvent en sculpture sur terres sèches. Dans le cas de matériaux ne nécessitant pas de cuisson, une patine à base de fer est appliquée.

Certaines de ces pièces sont aussi moulées et coulées en bronze à la Fonderie Barthélémy Art à Crest.