Multi-supports

Expo de Charly Lesquelin & Micka Boyer

Basik

Basik ?

B pour binôme bicéphale : quatre bras de vigueur, vingt doigts de créateurs et deux pensées bohèmes en voyages multiples, avec pour seuls bagages, la curiosité de cultures différemment humaines, la soif de rencontres autres et le respect de ces découvertes essentielles, l’un comme l’autre, l’un et l’autre.

A pour Art en deux avatars amis : un sculpteur, un peintre, deux formes d’expression ; la pierre de ravine, le ciseau qui modèle et polit, cette approche du monde insulaire qui s’impose et imprime sa trace authentique ; la toile vierge, le rythme poétique de la couleur, cette vérité et cet onirisme visionnaire. Deux hommes, deux artistes, des approches convergentes, une aventure fraternelle.

S pour signifiance spécifique de l’exposition : même choix de la simplicité des lignes et même retour à l’essentiel, ce qui est primordial ; somme d’expériences, expérimentations, explorations, le concept initial comme priorité d’un art en perpétuel questionnement, la somme d’un tout

I pour interrogation identitaire identique : parallèles parcours vers un retour au geste originel, que ce soit la révélation de l’objet ancestral ou la route vers un dessin qui soit un tout dans un minimalisme expressif. Introspection nécessaire selon un imaginaire ancré dans l’immédiateté du vécu.

K pour Kréol : maintenant se réinvente, au pas conjugué d’une résidence à vie, dans l’épuration de l’Art ; non pas tout dire, mais saisir la forme première du tout.