Multi-supports

Distorsion

En juin dernier, les étudiants de 5e année présentaient leurs travaux dans le cadre du Diplôme National Supérieur d’Expression Plastique. Ouverte du 26 septembre au 7 octobre dans la galerie de l’ESA, l’exposition Distorsion réunit les oeuvres des jeunes artistes qui ont reçu les félicitations du jury et met en regard, ces productions émergentes, pour la première fois, dans une présentation collective.

Cette proposition de l’ESA Réunion a double vocation : d’une part, faire découvrir au grand public une partie des oeuvres ayant spécifiquement retenu l’attention du jury lors de la dernière session de diplômes. Le DNSEP, conférant le grade de Master, conclut la cinquième année d’étude, pendant laquelle l’étudiant s’est consacré à la définition d’un territoire de recherche et à la création d’une oeuvre inédite qui fait l’objet d’une présentation. Cette année, 21 étudiants se sont présentés et 10 d’entre eux ont reçu les félicitations du jury composé de professionnels du monde l’art (artistes, enseignants, conservateurs).

Il s’agit d’autre part de proposer une mise en lien entre le secteur professionnel et les jeunes artistes fraîchement diplômés. Pour ces derniers, cette mise en exposition de leur travail représente une opportunité de montrer leur production en dehors d’un cadre pédagogique, et de s’intégrer dans le circuit des opérateurs de l’art contemporain sur le territoire. C’est une expérience riche, qui va de l’aspect contractuel et administratif, à l’accrochage collectif, la rencontre avec le(s) public(s), la presse, et les différents opérateurs du monde culturel, dans un cadre désormais professionnel.

L’exposition DISTORSION propose la mise en dialogue dans la galerie de l’ESA, d’une quinzaine d’oeuvres de Cathy Cancade, Jérôme Chéreau, Stéphane Cise, Marie Lanfroy, Ludovic Legros, Karel Perussot, Roddy Pothage, Raïssa Thibur, Song-Lin Zhao : sculptures, installations, projections vidéo, photographies, installation interactive. Des univers individuels tous reliés entre eux par de multiples biais, parfois évidents, souvent invisibles et inattendus. Tous questionnent, à leur manière, le rapport au monde et au territoire, au temps et à ses représentations. Explorateurs, cartographes des lieux et des liens, découvreurs de territoires réels et fantasmés, ces jeunes artistes déploient un regard ultra-sensible, parfois cynique et douloureux, toujours curieux et poétique… et proposent au final, l’oeuvre comme acte d’intervention sur le réel, pour le dénaturer, le défigurer, le performer, l’augmenter, le transfigurer.