Peinture

De Stéphane Kenkle

In lérd’fami

Sous le cliché

Cette nouvelle série de Stéphane Kenkle s’inspire de photographies de famille prises il y a entre 30 et 40 ans au Tampon. Les familles, captées dans les cours, devant la mairie ou l’église, ou dans l’un des seuls studios de la ville, se sont apprêtées avec soin pour prendre la pose. On s’investit car on investit. On ne fait pas de blague, l’imprévu s’invite mal, le mouvement qui déplace les lignes et affole l’émulsion argentique n’est pas envisageable. On se fait photographier avec solennité et avec une application qui frôle le sens du devoir.

Stéphane Kenkle pose sur ces poses familiales un regard à la fois vibrant et pudique qui libère le tremblement de l’intime tout en conservant à ses figures la raideur des clichés d’origine et l’impassibilité du rituel social. Tout le monde est donc debout et Stéphane Kenkle peint la pose, ce qui provoque un discret effet de citation photographique mais injecte surtout, dans le vestige du souvenir, un rythme, une gamme chromatique et des motifs qui n’appartiennent qu’à lui. Les vêtements recouvrent de leur pudeur et de leurs coloris vivaces, des corps peu loquaces. Les motifs et les couleurs des vêtements disent l’envers de la pose.

Le peintre a la mémoire tactile et tisserande : dans des accords qui réverbèrent les années 70 et 80, il enveloppe les corps, peut-être meurtris, de vêtements sensibles.Sous la bénédiction discrète mais persistante de fleurs ou de plantes endémiques de l’île de la Réunion, présentes sur chaque fond des grands formats présentés, les personnages nous regardent, comme toujours dans le travail de Stéphane Kenkle. Ce qui est précisément le contraire de ce qui se produit quand on pose chez le photographe où l’on se donne à voir, si possible sous son meilleur jour.

Dans cette série, les pupilles ont envahi les iris étranges voire dérangeants qu’on a l’habitude de rencontrer dans les autres toiles de Stéphane Kenkle. Ces disques noirs sont des puits mystérieux et soyeux qui adoucissent la rencontre avec ces figures. Comme si l’artiste avait retenu son geste familier - iris monochromes et pupilles dilatées - pour laisser les membres de sa famille dans une sorte de flou qui nous permet de les approcher sans qu’ils nous aient convoqués. Les motifs et les tissus nous offrent la floraison d’êtres trop connus qui se dérobent enfin.

La peinture bouge et transcende le cliché, elle nous livre le présent d’un rythme intime qu’on n’arrive pas à définir encore tout en percevant son éclat.

Présentation de Sarah Cherrière


Mercredi, jeudi, samedi et dimanche De 10h à 12h et de 14h à 17h