Multi-supports

Prémices, l’autre magma

La nouvelle exposition de la Cité du Volcan est dédiée au travail de la plasticienne Elsa Moscato.

Les éruptions volcaniques inquiètent, et fascinent, avec tout un déploiement de chaleur hors norme, pouvant s’imposer comme un processus destructeur. Une fois la nappe refroidie imposée au paysage, on peut voir ici et là des repousses, parfois timides, parfois plus téméraires pourtant bien en accord avec les délais imposés par le volcan.

Mais au-delà du visible, qu’y a-t-il avant une espèce végétale ou animale distinguable à l’œil nu ? Des micro organismes se sont développés, notamment dans l’eau, et ont pu générer une vie bien plus complexe. Hydres, hydrozoaires, pocilopores ont été les contre basses discrètes d’un concerto extrêmement long savamment joué par un orchestre symphonique volcanique, dans lequel la coulée de lave a été le premier violon, les tremblements les percussions déchainées.

Un parallèle entre le monde organique et volcanique s’opère par une série d’associations et d’oppositions intéressantes : la reprise du vivant grimpe sur le dos de la roche noire et durcie, le minuscule s’amuse du gigantesque, le frais taquine le feu et le fragile s’impose. Une fois le volcan réapproprié, c’est tout un langage formel universel qui s’en mêle. Et cette trainée glissante en fusion appuyée par des sursauts de projection, ne fait-elle pas penser à toutes sortes de corps singuliers ? Une tentacule bouge et se dresse comme un membre reptilien, à moins que ce soit un mouvement de cheveux sur un drap de velours, ou encore une coulée de bave ou de sang.

Sécrétions épanouies dans un paysage nocturne ou cnidaires par observation microscopique, le plasticien se plait à user de couleurs déviantes, fantasmées, associées au cadrage, et au choix d’une gestuelle visuelle. C’est l’ultra lave, créatrice, capable d’engendrer les plus petits prodiges comme les bouleversements monumentaux. Chateaubriand écrivait : « les âmes énergiques, comme les volcans, jettent de grandes lumières et de grandes ténèbres ». Le cratère cracheur hypnotise sans pour autant dévoiler tous ses secrets de démiurge, et nous faire entrer dans un tout : le volcan si loin, si proche.


Elsa Moscato

Née à La Réunion en 1977, Elsa Moscato passionnée d’arts étudie essentiellement en région parisienne et dans la capitale, à l’université Paris VIII en arts plastiques, puis à l’Ecole Nationale Supérieure des Arts Décoratifs de Paris, en design mobilier.

De retour sur son île natale, le métier de l’image la séduit à travers différents postes créatifs & directrices artistiques en agence de publicité. Sa sensibilité et son expérience mêlant l’aspect bidimensionnel et l’espace lui confèrent un profil protéiforme.

Elle apporte son expérience à travers différentes interventions dans plusieurs établissements dont par exemple l’Institut de l’Image de l’Océan Indien (ILOI), ou encore en section arts appliqués. Parallèlement, Elsa Moscato se plait à tenir une production artistique personnelle avec une attirance évoluant vers un monde vivant transposé, tout comme elle aime se greffer aux expériences collectives, comme la participation associative au carnaval Grand Boucan.