Projection

« De sacrés monstres ! »

Festival du film Italien #6

MAR 29 MAI 2018 - 18:30 - Cinéma Le Plaza (St-Denis) - St Denis - Tarif : 3€/6€all

L’objectif principal de cet événement culturel est de réunir, autour de ce festival, non seulement les Italien résidents de l’Île mais aussi les cinéphiles et les amoureux de la culture italienne ou toute personne curieuse de la découvrir à travers ne sélection de 8 films italiens en VOST

Pour cette 6ème édition, intitulée « De sacrés monstres ! », notre choix s’est arrêté sur les plus beaux films des grands acteurs italiens, dans tous leurs genres, expressions de la multitude des caractères et comportements sociaux et culturels.

Les 8 films présentés font l’objet de la programmation suivante :

Jeudi 24 mai à 19h00 :

  • Les nouveaux monstres (1977)
  • De : Mario Monicelli Dino Risi Ettore Scola
  • Avec :Vittorio Gassman Alberto Sordi Ugo Tognazzi

Film composé de douze sketches dont beaucoup furent improvisés, réalisé selon Age et Scarpelli pour venir en aide à une personnalité du monde du spectacle atteinte d’une maladie incurable. Les intellectuels, l’Église, la domination masculine continuent à être les cibles favorites de Dino Risi. Il s’agit de rendre compte de la désillusion ambiante. Mais ce film, Les Nouveaux monstres, où la brutalité et la crudité atteignent de nouveaux sommets, dépeint une société au bord du chaos...


Vendredi 25 mai à 18h30 :

  • Pain et chocolat (1974)
  • De :Franco Brusati
  • Avec :Nino Manfredi

Nino a quitté l’Italie, sa femme et ses deux enfants pour se rendre en Suisse afin d’y faire fortune ! Dans le restaurant de luxe où il travaille depuis quelque temps comme serveur ; Nino se dépense sans compter pour satisfaire la clientèle et le directeur. Mais il est brusquement accusé d’avoir uriné contre un mur, ce qui est formellement interdit et il est congédié séance tenante.


Samedi 26 mai à 18h30 :

  • Lucky Luciano (1973)
  • De :Francesco Rosi
  • Avec : Gian Maria Volontè

À New York, le 11 février 1946, Salvatore Lucania, alias Lucky Luciano, gangster notoire, s’embarque pour la Sicile, où il est né en 1897. Protagoniste, au début des années 30, de la guerre des gangs et responsable de la "Nuit des Vêpres Siciliennes" au cours de laquelle furent abattus les principaux chefs de la Mafia américaine, Luciano vient d’être libéré après seulement 9 ans de prison sur les 35 prévus, pour "services rendus" à l’armée américaine, dont il aurait facilité le débarquement en Sicile et la progression en Italie, grâce à l’étroite collaboration entre le Colonel Poletti, de l’U.S. Army, et Vito Genovese, un homme de Luciano. Taciturne, effacé, Luciano, établi à Naples et chef d’entreprise d’import-export, a fait de la Sicile la plaque tournante du trafic d’héroïne dans le monde. On s’en émeut jusqu’à l’O.N.U. et, en 1950, Harry Anslinger, patron du Narcotics Bureau, charge son agent Charles Siragusa d’établir la culpabilité de Luciano.


Mardi 29 mai à19h00 :

  • Le signe de Vénus (1955)
  • De :Dino Risi
  • Avec :Vittorio De Sica Raf Vallone

Agnese et Cesira, deux cousines de condition modeste, partagent le même appartement à Rome, avec un père et une tante qui veillent sur leur vertu. Agnese est la plus belle et la plus courtisée : sa jeunesse, son entrain attirent le regard des garçons, alors que Cesira, timide et réservée, échoue dans ses tentatives de trouver l’homme de sa vie. Une voyante, la signora Pina, lui a pourtant prédit qu’elle se trouvait ces temps-ci sous le signe de Vénus, propice à une rencontre amoureuse. Mais qui sera l’heureux élu ?


Mercredi 30 mai à 18h30 :

  • La grande guerre (1959)
  • De :Mario Monicelli
  • Avec :Alberto Sordi Vittorio Gassman

1917 – A l’heure où l’Italie s’engage aux côtés de la France dans le conflit mondial, deux soldats sortent du rang pour pratiquer la guerre buissonnière. Toujours en première ligne lorsqu’il s’agit de déserter le champ de bataille, Oreste Jacovacci et Giovanni Busacca se distinguent dans l’art d’éviter les ennuis et de collectionner les aventures.


Jeudi 31 mai 18h30 :

  • Nous nous sommes tant aimés (1974)
  • De :Ettore Scola
  • Avec : Vittorio Gassman Nino Manfredi

rois camarades, frères d’armes pendant la résistance, attachés au même idéal de justice et de progrès social, célèbrent la fin de la guerre et la chute du fascisme en Italie. Gianni termine ses études de droit à Rome. Nicola enseigne dans un lycée de province. Antonio se retrouve modeste brancardier- infirmier. C’est une période d’espoir et d’euphorie : la Monarchie est remplacée par la République. Gianni devient fondé de pouvoir d’un brasseur d’affaires sans scrupules dont il épouse la fille, insignifiante, stupide mais riche. Nicola végète dans son trou, anime des séances de ciné-club pour glorifier l’essor du mouvement "néo-réaliste" italien. C’est un intellectuel passionné, un cinéphile militant qui sacrifie sa vie de famille (il abandonne femme et enfant) pour monter à Rome afin de devenir journaliste. Il retrouve son ami Antonio le brancardier. Lui n’a pas changé. Ses opinions politiques affichées et ses activités syndicales le condamnent à l’échec professionnel.


Vendredi 1er juin à 18h30 :

  • Une journée particulière (1977)
  • Ettore Scola
  • Marcello Mastroianni

Ce n’est certes pas une journée comme les autres : en ce 8 mai 1938, venu en visite officielle, le Führer rencontre le Duce. Et toutes les maisons de Rome se vident pour assister à la parade. Malgré son admiration pour Mussolini, Antonietta est contrainte, afin de vaquer aux occupations ménagères que lui imposent la présence d’un mari, impavide dans sa virilité, et celle des six enfants qu’elle et lui ont faits à la gloire de leur dieu, de rester seule dans son immeuble. Seule ou presque : en bas, la concierge écoute la radio qui diffuse l’événement, et en face, un homme est assis à sa table.

L’azenda vous conseille aussi