conférence / débat

Jules Hermann et les visions de la montagne

Nous avons le plaisir de vous annoncer la conférence « Jules Hermann et les visions de la montagne » par Nicolas Gérodou en salle de conférence de l’École supérieure d’art de La Réunion (102 avenue du 20 décembre 1848 - 97826 Le Port) le mardi 21 mars à 17h avec le partenariat de LERKA.

Jules Hermann

L’auteur des fameuses Révélations du Grand Océan ne se serait certainement pas douté à la veille de sa mort, en 1924, que ses continuateurs ne seraient pas des scientifiques, mais bien des artistes : ce sont pourtant des plasticiens et des écrivains qui ont repris l’héritage de ce livre en tous points visionnaire. Les Révélations fournissent en effet un inépuisable réservoir d’images à celui qui saura voir les « riens visibles » qui ont hanté ce Marcel Duchamp tropical pendant cinquante ans.

Deux grandes séries de visions se développent dans son œuvre lémurienne. La première, cosmique, anime une stupéfiante scène primitive où la Terre copule avec un gigantesque « corps errant dans l’espace », une comète qui, raconte Hermann, va déformer le globe, et métamorphoser la carte du monde, faisant disparaître le continent lémurien originel, dont ne subsisteront que les plus hauts sommets émergés, Madagascar et les Mascareignes. Un palimpseste hermannien (« L’enfance de l’art » selon son auteur) dont s’inspire l’imaginaire géographique de Stéphane Gilles… Une seconde série d’images se dégage peu à peu dans les Révélations : en présentant dans le cinquième et dernier Livre des cartes postales surréalistes de la Montagne Saint-Denis, Hermann raconte les sidérantes visions qui lui permettent de décrire les centaines de sculptures géantes dont les anciens Lémurien ont selon lui orné la falaise préhistorique. Monstres et Dieux, Lémures et âmes errantes suggèrent aujourd’hui à Kid Kréol et Boogie un répertoire infini de fantômes errant sur les murs de l’île.

De Mickaël Elma à Christian Floy Jalma, de Stéphane Gilles à Julien Blaine, les artistes contemporains n’ont cessé de faire écho à cette œuvre ouverte et inachevée. Les Révélations du Grand Océan apparaissent de plus en plus comme une matrice pour les artistes-révélateurs qui se risquent à illuminer la lanterne magique des visions hermanniennes.

Nicolas Gérodou

Écrivain et poète, il a rédigé l’introduction de « Le Préhistorique à l’Ile Bourbon », volume V des « Révélations du Grand Océan » aux éditions Le Corridor Bleu en 2015. En 2016 il a dirigé l’édition de “Paroles de Kabary, une anthologie de la parole poétique à Madagascar” aux Éditions Poisson Rouge. Il a publié « Passage des Lémures en pays Mafate » et « Ber de l’étang » aux éditions Grand Océan.

La conférence sera accompagnée de projection photo => cartes postales figurant dans Révélations du Grand Océan et œuvres d’artistes contemporains.
— - Les Révélations

Quand paraissent, trois ans après la mort de Jules ­Hermann, les Révélations du Grand Océan, c’est le spectre flamboyant d’un écrivain hors norme qui s’apprête à hanter La Réunion, et révèle à la société coloniale de 1927 l’étendue du territoire imaginaire que le Président Hermann a arpenté sa vie durant : l’auteur s’est en effet employé pendant près de quarante ans dans le secret de son étude notariale à édifier une œuvre-monde, donnant naissance à un continent invisible, la Lémurie, que Malcolm de Chazal fera passer à la postérité, mais aussi à une stupéfiante ­reconstruction de l’histoire de la Terre, des langues et des hommes. Tome après tome, Jules Hermann s’est en effet livré à une fabuleuse dérive scientifique, où les intuitions fulgurantes se mêlent ­intimement à des visions délirantes de planète copulant avec une ­comète, d’une humanité première et lémurienne partant depuis l’océan Indien à la conquête du globe, d’un continent englouti dont La Réunion, Maurice et Madagascar constitueraient les derniers ­vestiges émergés…

Les dernières années d’Hermann seront marquées par une ultime série de révélations, consignées dans Le Préhistorique à l’île Bourbon : scrutant la falaise de la Montagne Saint-Denis, Jules voit un jour ­apparaître des centaines de figures géantes sculptées dans la pierre, et en déduit que se dresse face à lui le grand temple de la civilisation lémurienne. C’est ainsi que l’auteur des Révélations édifie à son insu un véritable chef-d’œuvre de littérature involontaire, dont la force de subversion reste d’une étonnante actualité, livrant avant l’heure les clefs fondamentales du discours réunionnais, et payant de sa vie cette sidérante révélation : Jules Hermann trouve la mort le crayon à la main, traçant une ultime esquisse, un dessin-suaire de ses extraordinaires visions de la Montagne.

Édition établie par Nicolas Gérodou.