Théâtre

L’île

Avec le concours des élèves du Conservatoire, un vrai repas servi pour 60 convives réunis aléatoirement autour d’une grande table de banquet...Tout commencera bien à l’apéritif, et se terminera moins bien, « à cause » d’un talentueux orateur, qui leur coupera peut-être un peu l’appétit... Un festin à la Festen*, en quelque sorte.

Dans un monologue où l’amour et la colère s’empoignent comme des lutteurs, Nicolas Grivan incarne la sociopathie de la dramaturge espagnole dans un théâtre hanté par les fantômes des victimes de la tuerie de l’île d’Utoya. Assis autour du banquet où l’on vous sert un menu trois étoiles, vous assistez à l’explosion nucléaire d’une femme inadaptée. Sa lucidité brûle. De pulsions sexuelles en envies de meurtre, de détresses en révoltes, ses confessions boxent nos bonnes manières et nos hypocrisies. Un théâtre contemporain, audacieux, radical et de très haut niveau.

* Festen : film danois réalisé par Thomas Vinterberg (1998)


D’après Tout le ciel au-dessus de la terre (Le Syndrome de Wendy) d’Angélica Liddell - mise en scène et interprétation Nicolas Givran - assistante à la mise en scène Marie Birot - choeur d’Utoya, restauration et service à table élèves théâtre du Conservatoire à Rayonnement Régional de La Réunion avec la participation de Charlotte Hoarau - direction chorale Daniel Bargier - création lumière Alain Cadivel, Didier Céleste et Yannick Hébert - régie technique Alain Cadivel - crédit photo Joffrey Le Piquet - production TEAT Champ Fleuri | TEAT Plein Air, Théâtres départementaux de La Réunion - producteur délégué Tricod’Prod - remerciements Nicolas Derieux, Jean-Louis Levasseur (professeurs de théâtre au Conservatoire à Rayonnement Régional de La Réunion), Erick Lebeau, Pascal Montrouge, Myriam Omar Awadi, Malia Terraube-Monich

DÈS 15 ANS - durée : 1h30

  • Magazine
  • À ce propos

Un dîner presque parfait

Le masochisme est un plaisir délectable. Et pour preuve : les quatre-vingt couverts du banquet dressé sur la scène du (...) +++

Givranscopie

Comédien admiré pour sa capacité à incarner des textes torturés, Nicolas Givran poursuit dans L’Île sa recherche sur le théâtre (...) +++