Théâtre

Dîner-lecture

L’Île

Galerie Médias

Nicolas Givran vous convie à sa table. Ce n’est ni une métaphore ni une « façon de parler » : c’est bel et bien à table, devant un repas, que Givran et le texte d’Angélica Liddell vous attendent. Le décorum ainsi posé, rien ne laisse présager pourtant du déroulement du cérémonial…

Bien sûr, on pense au célèbre film « Festen », jalon du mouvement Dogme95 cher à Lars Von Trier. Dans « L’Ile » également, la parole s’immisce, puis surgit, occupe soudainement un terrible espace qu’on ne lui attribuait - a priori - pas. La parole, ici, évoque l’abominable tuerie de l’île d’Utoya, en Norvège, perpétrée par Anders Breivik. Elle en convoque les fantômes, les raisons, en estompe les contours pour lui donner l’allure d’un mauvais songe où les rôles peuvent s’intervertir. En malmenant les codes de la convivialité, le spectacle de Nicolas Givran nous pousse à tomber le masque et risquer un œil sur le miroir qu’il nous tend. C’est, en substance, le pouvoir vénéneux de ce texte écrit par une auteure se définissant elle-même comme « atteinte de sociopathie ».


Dès 15 ans - Durée : 1h30
Interprétation : Nicolas Givran
  • Magazine
  • À ce propos

Un dîner presque parfait

Le masochisme est un plaisir délectable. Et pour preuve : les quatre-vingt couverts du banquet dressé sur la scène du (...) +++

Givranscopie

Comédien admiré pour sa capacité à incarner des textes torturés, Nicolas Givran poursuit dans L’Île sa recherche sur le théâtre (...) +++