Théâtre

L’instinct du déséquilibre

JEU 9 NOV 2017 - 19:00 - Musée Stella Matutina - Piton St Leu - Tarif : 19/22€all

Quatre individus se lancent dans l’instable et forcement l’insolite. Une fantaisie acrobatique à la fois drôle et touchante.

Pour les artistes de la Cie Ieto, l’immobilité présente peu d’intérêt. L’homme est déséqui- libré de nature. C’est une obligation. Il avance, bancal et débraillé, et tente de trouver les béquilles qui vont lui permettre d’imaginer l’improbable.

Après plus de 300 représentations dans 25 pays (on se souvient de son passage sur Tempo en 2013), la Cie Ieto a élargi son jeu. Le duo d’acrobates est devenu quatuor. Les planches longilignes accueillent de nouveaux partenaires d’instabilité. Le jeu sur l’équilibre précaire des corps et des objets s’est enrichi de multiples combinaisons.

Mêlant avec bonheur performances absurdes, fines tensions et poésie visuelle, voilà du cirque d’aujourd’hui dans son plus simple (et bel) appareil.


Texte : Le Séchoir
Tout public dès 6 ans | Durée 1h

Création collective Sébastien Brun, Fnico Feldmann, Itamar Glucksmann, Alys Marchi Mise en scène Christian Coumin Création lumière, direction technique, construction Patrice Lecussan Création musicale Maxime Denuc Production Cie Ieto Coproduction Archaos Pôle Cirque Méditerranée, Carré Magique Lannion PNC Bretagne, Parc de la Vilette Paris, La Passerelle Scène Nationale Gap, Pronomade(s) Haute Garonne, Festival Perplx Marke Kortrijk Soutiens Ministère de la Culture et de la communication-DGCA, La Cascade, CC Moissac, CC Ramonville, La Grainerie, Le Lido Toulouse... Tournée à la Réunion soutenue par Région Occitanie Coréalisation Le Séchoir et Réunion des Musées Régionaux Photo © Milan Szypura

« La compagnie Ieto continue d’étudier l’éternelle question de l’équilibre, dans une optique à la fois intellectuelle et malicieuse voire burlesque tout à fait bienvenue. Les quatre artistes jouent avec le vide et l’extrême. Pour chacun d’entre eux et pour le groupe tout entier, trouver le bon geste au millimètre près est aussi une question de survie. » Télérama

L’azenda vous conseille aussi