Conférence

Le choc des religions à Pondichéry à l’époque de la Compagnie des Indes

L’objet de l’établissement français à Pondichéry est commercial. La « fièvre de l’Inde » est alimentée par l’engouement des européens pour des produits manufacturés, principalement des toiles (les « indiennes »). En même temps qu’une civilisation experte, les européens découvrent un panthéon qui heurte leurs évidences religieuses. Deux conceptions s’opposent : celle des marchands, qui, pour des raisons d’efficacité, estiment qu’il faut tolérer les cultes locaux, et celle des missionnaires, en l’occurrence jésuites, dont la vocation est de convertir.
La conférence expose le conflit de deux calendriers liturgiques, expression de deux conceptions religieuses et de deux visions du monde.