Théâtre

Les Vibrants

1914. Eugène, aussi beau qu’insolent, est engagé volontaire. 1916 : il est blessé à Verdun et y laisse la moitié de son visage. S’ensuit alors une irrépressible descente aux enfers : comment continuer à vivre lorsque le miroir nous donne à voir les restes de ce qui a été et ne sera plus ?

Au Val-de-Grâce où il est hospitalisé, Eugène va rencontrer les architectes de sa nouvelle vie dont la grande Sarah Bernhardt. Il va alors suivre les pas, ou plutôt l’ombre, d’un certain Cyrano de Bergerac… Dans ce spectacle où les tableaux s’enchaînent comme au cinéma. On vibre, on est bouleversé on sort du spectacle ému et enchanté et on ne peut s’empêcher de penser que l’on a assisté à un spectacle digne de ces grandes histoires qui vous marquent.

Interprète(s) : Aïda Asgharzadeh, Benjamin Brenière, Matthieu Hornuss, Amélie Manet
Mise en scène : Quentin Defalt
Collaboration artistique : Damir Žiško
Lumières : Manuel Desfeux
Scénographie : Natacha Le Guen de Kerneizon
Costumes : Marion Rebmann
Musique : Stéphane Corbin
Création sonore et régie : Ludovic Champagne
Masques : Chloé Cassagnes
Maquillages : Alice Faure
Crédit photo : Benoît Monié