Danse

Avec Mathilde Neri

Oh Orphée

Deux présences éthérées se déplacent à l’intérieur d’une réalité post-mortem. La voix du récit devient la bande sonore évocatrice des derniers espoirs du voyage d’Orphée et d’Eurydice de retour des enfers. Ce projet aborde le sujet de la mort à travers l’observation des changements « d’états de corps ».

Il dénonce les déclinaisons de la violence, subordonnant la forme aux limitations de mouvement d’un espace réduit.

Mathilde Neri est une artiste franco-italienne auteure de performances conceptuelles, interactives et dansées.

Elle vit et travaille à St-Denis de la Réunion depuis l’année 2010. Son travail débute avec le collectif Hotel Nuclear, fondé en 2004 en Italie. Après avoir mûri une démarche indépendante pendant une de ses résidences à LERKA, espace de recherche et de création en arts actuels, elle propose pour la première fois son projet à la Réunion. « Oh Orphée ! » aura effectivement lieu le 14 juin

au centre Maxime Laope, Conservatoire de St-Denis où elle est actuellement inscrite. Mathilde a été éga- lament en résidence de création à la Cité des Arts, ainsi qu’à Spazio K, contribuant en 2017, au projet « IS IT MY WORD ? » de la compagnie italienne de danse Kinkaleri (Prato).

Des restrictions socio-culturelles ont amenée l’artiste à privilégier le medium de la performance. Dans la préoccupation de coordonner efficacement les déplacements aux enregistrements, elle a engagé depuis cette année une collaboration avec la danseuse et choréographe Nelly Romain. Cette restitution de projet est également le fruit d’un accompagnement professionnel et d’une collaboration stricte avec l’enseignant de Conservatoire Jean Paul-Jansen. Mathilde est à la recherche de l’equilibre délicat entre contenu et enchantement à travers la simplicité du geste.

Parmi l’observation des états de corps, la performance « Oh Orphée ! » propose un regard sur le sujet de la mort. Elle dénonce ainsi les déclinaisons de la violence : subordonnant la fragilité de la forme à un espace réduit. Ici, deux présences éthérées se déplacent à l’intérieur d’une réalité post-mortem. Les mots d’un récit deviennent la bande sonore évocatrice des derniers espoirs d’Orphée et d’Eurydice.


La performance sera suivie d’un débat avec le public. Réservation obbligatoire au : 0262 904477