Théâtre

Pièce palpitante

Réparer les vivants

C’est l’histoire d’une double transplantation.

Au commencement, il y a celle que raconte Maylis de Kerangal dans Réparer les vivants, roman paru en 2014, objet d’un vaste plébiscite et salué par de nombreux prix dont le Grand Prix RTL-Lire 2014 et le Prix des lecteurs L’Express-BFMTV 2014. Ce livre décrit l’itinéraire d’un cœur, celui de Simon, 19 ans, victime d’un mortel accident de voiture. Son décès est prononcé alors que l’organe métronome, lui, continue de battre régulièrement dans sa poitrine. L’auteure décrit alors toutes les étapes, techniques et affectives, du transfert de ce cœur d’un corps à un autre ; l’histoire bouleversante de cette mort qui va donner la vie au terme d’une épopée humaine et littéraire marquée par l’urgence et l’émotion.

C’est aussi l’histoire de la transplantation de ce texte dans un théâtre contemporain qui cherche à se réinventer. Une opération extraordinairement complexe, menée avec un brio remarquable par un comédien-métamorphe seul en scène, Emmanuel Noblet. Tour à tour parent, infirmier, médecin, donneur ou receveur, il incarne avec une précision d’émotion désarmante les nombreux personnages d’une aventure collective dont l’intensité ne faiblit jamais. Il joue avec une grande intelligence de la musique, des voix enregistrées ou de la vidéo pour répondre à tous les enjeux d’adaptation. Ce tour de force narratif, grande révélation du festival d’Avignon off 2015, emporte les cœurs et les intelligences d’aujourd’hui dans le mouvement immémorial de la vie.


D’après le roman de : Maylis de Kerangal
Adaptation, mise en scène et jeu : Emmanuel Noblet
Direction d’acteur et collaboration artistique : Benjamin Guillard
Eclairagiste et vidéaste : Arno Veyrat
Créateur son : Sébastien Trouvé
Designer sonore : Cristián Sotomayor
Avec les voix de : Alix Poisson, Vincent Garanger, Benjamin Guillard,
Constance Dollé, Stéphane Facco, Evelyne Pelerin, Anthony Poupard, Olivier Saladin, Hélène Vivès

Durée : 1h20
A voir dès 14 ans