Musique

Sam’Maloya + Simangavole

Sam’Maloya

Le Kabardock suit Sam’Maloya depuis ses débuts.

Découverts en 2016 lors de leurs répétitions dans nos studios, les musiciens ont participé à la Dock Session de cette même saison puis ont fait la première partie du concert de Zanmari Baré la saison suivante. C’est avec grand plaisir que nous leur proposons, cette fois, un plateau 100% maloya !

Certaines compositions sont des textes engagés, d’autres peuvent exprimer l’amour, ou encore la misère, la vie d’antan, les personnages charismatiques qui ont marqués notre histoire, et surtout la famille. Une pléiade de thème exprimés par Samuel ANGAMA, l’auteur, compositeur et interprète de Sam’Maloya.

Samuel a été bercé par le son du maloya depuis son enfance, en écoutant les anciens jouer dans des "maloya kabaré", dans les rues de son quartier à Roches Maigres au cours des années 1980. Ces premières scènes, à l’âge de 10 ans, étaient avec ses camarades de "Marmaille gadiamb" dans les fêtes de quartiers. En 2000, Samuel compose ses premiers texte et forme "Nasyion Kabaré" avec ses dalons. Ensemble ils participent au concours "Clameur des Bambous" et sont finalistes. Après 9 ans d’inactivité musicale, Samuel recommence l’écriture, et travaille la plupart des titres qui figurera plus tard sur le premier album de Sam’Maloya.

La plupart des musiciens de Sam’Maloya évoluent déjà dans la musique depuis plusieurs années.

Jean Claude ADOIS dit "Cocode", à la batterie avec le goupe Fami Mélody et aussi David SAMAN. Cocode, par son expérience, a apporté au groupe ces connaissances, au niveau de l’arrangement musical et vocale. Avec son instrument fétiche, le roulèr, qui est aussi la base du maloya, il apporte aux compositions de Sam’Maloya, toutes les mélodies qui transportent le public à travers les différents textes.

Stéphane FLACONEL, au chœur, au sati, kayamb, tambour, et plein d’autres instrument, a evoluer aussi avec David SAMAN et Fami Mélody. Une multitude d’instrument qui apporte à Sam’Maloya toute son originalité.

Juan ADOIS, aux congas, à la grosse caisse et chœur, donne à la fois une force et une subtilité à la mélodie. Freddy PAYET, au pikèr, sati, chœur, kayamb, "sifflet zoiseau"... berce, transporte dans des sonorités surprenantes.

Mickael ADOIS, triangle, tambour et chœur, accompagne et complète une très belle harmonie des voix.


SIMANGAVOLE

Voilà le 3ème opus de cette formation féminine unique en ce genre. Un album où Simangavole se livre plus intimement sur les sentiments réels qui nous animent, sur les vraies personnes que nous sommes. Une envie d’aller au-delà des apparences, de nos idées reçues, de nos pensées toutes faites, pour comprendre l’autre “pou d’vré”.

“Si nou té pran lo tan, pou d’vré, nou té kab vwar, Sagrin i ravaz nadfwa, dériér in zimaz bonér Doulér I ronz dousmans lo kér, dériér la fors in karaktér Nou té kab di nou ém, kan nou ém, nou té ramas pa li kashiét dann in fonnkér Nou té kab konprann avan zizé, aprann avan ronié é respékt sakinn sanm son maniér...”

Tout au long de cet album, au gré des sentiments, Simangavole donne différentes couleurs à son Maloya Maniér Fanm. Des thèmes sensibles tel que l’abus sexuel sur les enfants dans “Aou”, le terrorisme dans “Kamikaz” ou l’adoption dans “Ti moun” sont subtilement abordés. Mais elles font part également de leur joie de vivre et de profiter de la vie tout simplement avec les titres “Yala” et “Somanké”.

L’équipe reste inchangée, Roukia Adam au roulér, Sophie Bataille, pikér Sati, Mickaéle Ledoux au Kayanm, Natacha Mandrin aux congas et djembé et Katy Toave auteur, compositeur et au lead vocal. Il en est de même pour l’ingénieur son, Guy Noél Alexis qui est resté au manette et Luciano Mabrouck à la réalisation. Pour Simangavole, il n’y pas de musique sans partage. C’est pour cela que l’on pourra entendre le n’gouni de Frédéric Madia, le « sakouyaz » kayanm de Frédéric Maillot, les envolées de congas de Frédéric Ilata et le flow du rappeur Indien Blaaze à l’écoute de ce nouvel album.

Nout tout ansanm yabou « POU D’VRÉ ».